Banques-Une refonte nécessaire qui pourrait freiner la reprise-FMI

mercredi 8 octobre 2014 09h01
 

WASHINGTON, 8 octobre (Reuters) - Le secteur bancaire mondial à un besoin impérieux de se restructurer mais la refonte de ses activités pourrait étouffer l'offre de crédit et freiner la reprise de la croissance, estime le Fonds monétaire international (FMI) mercredi.

Pour améliorer leur rentabilité, les banques doivent augmenter leurs tarifs dans certaines branches d'activité et se retirer complètement de certains domaines pour placer leurs fonds là où les rendements sont les plus élevés, selon le FMI.

"La transition vers un nouveau modèle économique pourrait (...) (représenter) un frein à la reprise", dit le Fonds dans son rapport semestriel sur la stabilité financière mondiale.

Depuis la crise de 2007-2009, les autorités de régulation ont obligé les banques à renforcer leurs fonds propres et sortir des activités de prêts et d'investissement les plus risqués.

Mais le secteur a pris du temps pour trouver de nouvelles sources de profit, souligne le Fonds, qui note qu'une retour à la rentabilité du secteur ne sera pas facile et appelle à une liquidation des banques en difficulté.

"Cela aiderait à alléger la pression concurrentielle, dans un contexte de capacités excédentaires, et permettrait aux banques viables de se constituer et de maintenir un 'matelas' de fonds propres et de répondre à la demande de crédit", dit-il.

Le FMI estime que 20% des banques d'un panel qui en compte plus de 300 auraient besoin d'augmenter leurs marges de plus de 50 points de base sur l'ensemble de leur encours de prêts, un niveau que le Fonds juge peu réaliste.

Les transformations les plus importantes sont nécessaires dans certains pays de la zone euro, au Royaume-Uni et au Japon.

Les banques devraient aussi arrêter de vendre certains produits à des tarifs bas, voire à perte, pour attirer des clients, estime le FMI, qui pense que les régulateurs devraient les encourager à adopter des modèles de fixation des prix plus transparents. (Douwe Miedema, Juliette Rouillon pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)