LEAD 1-Glencore discute avec Chinalco d'une fusion avec Rio-presse

lundi 6 octobre 2014 23h19
 

(Avec précisions, cours de l'ADR à New York)

LONDRES, 6 octobre (Reuters) - Glencore étudie la possibilité d'une fusion l'an prochain avec Rio Tinto qui donnerait naissance au plus important groupe minier du monde, pesant quelque 160 milliards de dollars (127 milliards d'euros) en Bourse, rapporte lundi l'agence Bloomberg.

Reuters avait rapporté le mois dernier que Glencore pourrait se rapprocher de Rio Tinto pour renforcer son exposition au minerai de fer, citant des sources bancaires.

Le groupe coté à Londres a contacté le chinois Aluminium Corporation of China (Chinalco), principal actionnaire de Rio Tinto, pour le sonder sur son intérêt pour un rapprochement éventuel, précise l'agence Bloomberg en citant des sources non identifiées.

Des porte-paroles de Glencore et de Rio Tinto ont déclaré que leur groupe ne commentait jamais les spéculations.

L'ADR de Rio Tinto côté à New York grimpe de 9,1% vers 21h GMT, en réaction à cette information sortie après la clôture des marchés européens.

"Cela ne me surprend pas qu'ils cherchent à consolider encore leurs positions en décidant une fusion qui les sécuriserait comme acteur dominant du secteur à un moment où les prix des matières premières sont bas et vont probablement le rester", déclare Lorne Baring, chez B Capital Wealth Management.

"Même si les cours de Bourse baissent dans le secteur, il y aura toujours en toile de fond des spéculations sur des fusions et acquisitions qui apporteront un soutien", estime de son côté Paul Mumford, gérant chez Cavendish Asset Management.

Glencore a bouclé en mai 2013 le rachat pour 46 milliards de dollars du groupe minier Xstrata, plus grosse acquisition jamais réalisée dans le secteur, qui a donné lieu à des milliards de dollars de dépréciations d'actifs. Mais son patron Ivan Glasenberg n'a jamais caché sa volonté d'en réaliser d'autres.   Suite...