SABMiller assure que l'offre à Heineken n'était pas défensive

lundi 6 octobre 2014 15h39
 

LONDRES, 6 octobre (Reuters) - Le directeur général de SABMiller, Alan Clark, a réfuté lundi les commentaires selon lesquels l'intérêt manifesté par son groupe pour son concurrent Heineken constituait une manoeuvre de défense contre d'éventuelles convoitises.

S'exprimant pour la première fois depuis la publication d'informations sur le rejet d'une offre de SABMiller par Heineken, Alan Clark a déclaré qu'il n'était "pas inhabituel" que son groupe ait des discussions sur une possible opération et il a ajouté que les discussions avec Heineken n'avaient rien d'exceptionnel à part le fait qu'elle aient été évoquées publiquement.

SABMiller continuera de rechercher des opportunités de croissance, a-t-il poursuivi lors d'une réunion d'investisseurs à Londres.

Heineken a déclaré mi-septembre avoir reçu et rejeté une offre de rachat de SABMiller. Des analystes ont estimé qu'en approchant son concurrent néerlandais, SABMiller cherchait en fait surtout à se protéger lui-même contre un possible rachat par Anheuser-Busch InBev.

Ces informations et spéculations ont favorisé pendant plusieurs jours la hausse des cours de la plupart des brasseurs cotés, les investisseurs tablant sur une vague de consolidation du secteur.

Mais le cours de SABMiller est revenu depuis à son niveau antérieur, plusieurs éléments montrant qu'AB InBev n'était pas sur le point de présenter une offre.

Analystes et banquiers s'interrogent désormais sur ce que pourrait faire SABMiller pour reprendre l'initiative, Carlsberg , Molson Coors et Guinness, propriété de Diageo, étant cités comme des cibles potentielles. (Anjuli Davies et Sophie Sassard,; Marc Angrand pour le service français, édité par Véronique Tison)