Europe/PMI-Expansion ralentie en zone euro et en Grande-Bretagne

vendredi 3 octobre 2014 10h42
 

(Actualisé avec Grande-Bretagne)
    PARIS/LONDRES/BERLIN, 3 octobre (Reuters) - Principaux
résultats définitifs, publiés vendredi, des enquêtes Markit
auprès des directeurs d'achat du secteur des services en Europe
: 
    
    ZONE EURO-LA CROISSANCE DU PRIVÉ AU PLUS BAS DE L'ANNÉE
    LONDRES - La croissance de l'activité du secteur privé dans
la zone euro est revenue en septembre à son plus bas niveau
depuis le début de l'année, traduisant une baisse de la demande,
montrent les résultats définitifs des enquêtes mensuelles de
Markit auprès des directeurs d'achat. 
    La baisse des prix s'est en outre accentuée, soulignant les
difficultés auxquelles se heurte la Banque centrale européenne
(BCE) pour faire remonter l'inflation dans un contexte de
stagnation économique persistante. 
    L'indice PMI composite de la région, calculé sur la base
d'enquêtes auprès de plusieurs milliers d'entreprises, est tombé
à 52,0 le mois dernier, son plus bas niveau en dix mois, après
52,5 en août. Il est inférieur à la première estimation de 52,3
donnée la semaine dernière mais reste au-dessus de la barre de
50 séparant contraction et expansion.
    L'indice du seul secteur des services a reculé à 52,4 contre
53,1 en août et 52,8 en première estimation. 
    "Les PMI suggère que la zone euro est restée embourbée au
troisième trimestre", commente Chris Williamson, économiste de
Markit. 
    Le sous-indice des nouvelles commandes, qui mesure la
demande, est tombé le mois dernier à son plus bas niveau depuis
près d'un an et celui des prix de vente, inférieur à 50 depuis
avril 2012, a atteint un plus bas de 14 mois à 48,5 après 48,9
en août. 
    
    ALLEMAGNE-LES PMI SUGGÈRENT UN REBOND DE LA CROISSANCE AU T3
    BERLIN - Le secteur privé allemand a enregistré en septembre
son 17e mois consécutif de croissance, suggérant que la première
économie d'Europe aura renoué avec la croissance au troisième
trimestre après sa contraction d'avril-juin. 
    L'indice PMI composite, qui rassemble le secteur
manufacturier et celui des services, a progressé à 54,1 contre
53,7 en août. Il est légèrement supérieur à la première
estimation publiée en fin de mois, qui le donnait à 54,0.
    Celui des services a atteint 55,7 après 54,9 en août et 55,4
en version "flash".
    Les enquêtes PMI suggèrent un rebond de l'activité sur
juillet-septembre mais "la croissance économique devrait être
bien inférieure à celle de 0,7% du premier trimestre, le secteur
manufacturier ayant stagné", explique Oliver Kolodseike,
économiste de Markit.  
    
    FRANCE - L'ACTIVITÉ ACCENTUE SON REPLI 
    PARIS - L'activité dans le secteur privé français s'est
contractée pour le cinquième mois consécutif en septembre, les
services revenant dans le rouge après deux mois de légère
croissance.
    L'indice PMI du secteur est retombé à 48,4 contre 50,3 en
août, repassant sous la barre de 50 qui sépare contraction et
croissance de l'activité et ressortant à un niveau inférieur à
celui donné en première estimation (49,4).
    L'indice composite, qui combine l'industrie manufacturière -
dont l'indice a été publié mercredi à 48,8 - et
les services, est ressorti à 48,4 contre 49,5 en août, également
en-deçà de sa marque en première estimation (49,1).
    La contraction de l'emploi dans les services s'est accélérée
en septembre, le taux de suppression de postes atteignant son
plus haut niveau depuis 17 mois.
    Pour Jack Kennedy, économiste de Markit, "les résultats
relatifs à l'activité et à la production suggèrent une
croissance quasi nulle du PIB, conformément à la tendance suivie
par l'économie française depuis le début de l'année".
    L'accélération des réductions d'effectifs témoigne du manque
d'optimisme des entreprises concernant une amélioration
prochaine de la conjoncture, ajoute-t-il.
        
    GRANDE-BRETAGNE - LA CROISSANCE DES SERVICES RALENTIT 
    LONDRES - La croissance de l'activité du secteur britannique
des services a ralenti en septembre mais elle reste soutenue et
celle de l'ensemble du secteur privé est revenue à son plus bas
niveau en six mois, montrent les résultats définitifs de
l'enquête Markit/CIPS.
    L'indice PMI des services a reculé à un plus bas de trois
mois à 58,7 après le pic de neuf mois atteint en août à 60,5.
Les économistes et analystes interrogés par Reuters prévoyaient
en moyenne un chiffre de 59,1.
    L'indice composite est lui tombé à 58,1 après 59,7 le mois
précédent. 
    Pour Chris Williamson, économiste de Markit, ces chiffres
suggèrent une croissance du produit intérieur brut (PIB) de 0,8%
sur le trimestre juillet-septembre, légèrement ralentie donc par
rapport à celle de 0,9% enregistrée sur avril-juin. 
    Les perspectives pour les trois derniers mois sont toutefois
moins roses, ajoute-t-il, expliquant que "l'économie pourrait
ralentir plus vite qu'anticipé" si la faiblesse récente du
secteur manufacturier et la dégradation de la confiance dans la
construction se propageaient aux services. 
    
    ITALIE - DEUXIÈME MOIS D'AFFILÉE DE CONTRACTION DES SERVICES
    ROME - L'activité du secteur italien des services a diminué
pour le deuxième mois consécutif en septembre, les nouveaux
contrats restant orientés à la baisse. 
    L'indice PMI Markit/Adaci du secteur est revenu à 48,8 après
49,8 en août. Il est inférieur à la plus pessimiste des
estimations d'analystes recueillies par Reuters, dont la médiane
donnait un chiffre de 49,6.
    Le sous-indice des nouveaux contrats, à 49,8, est resté
quasiment inchangé par rapport à celui d'août (49,7). 
    L'indice PMI composite, qui rassemble services et secteur
manufacturier, a reculé à 49,5 après 49,9, traduisant une
contraction de l'activité du secteur privé pour le deuxième mois
consécutif après huit mois de croissance. 
    
    ESPAGNE - LA CROISSANCE A RALENTI AVEC LES NOUVEAUX CONTRATS
    MADRID - La croissance du secteur espagnol des services a
ralenti en septembre, celle des nouveaux contrats étant tombée à
son plus bas niveau en 11 mois. 
    L'indice PMI Markit sectoriel est revenu à 55,8 contre 58,1
en août mais reste nettement au-dessus de la barre des 50
séparant contraction et expansion, un niveau qu'il dépasse
depuis maintenant 11 mois.
    La composante de l'emploi est quant à elle restée stable
d'un mois sur l'autre après cinq mois de hausse.
    "Il y a des signes de ralentissement de la croissance dans
le secteur espagnol des services à la fin du troisième
trimestre", note Andrew Harker, économiste senior de Markit. "Il
y a aussi des nouvelles décevantes sur le front de l'emploi."
    L'enquête montre aussi une baisse des prix de vente d'un
mois sur l'autre en raison d'une intensification de la
concurrence. 
          
    IRLANDE - LES NOUVEAUX CONTRATS AU PLUS HAUT DEPUIS 8 ANS
    DUBLIN - La croissance du secteur irlandais des services est
restée solide en septembre et celle des nouveaux contrats a
atteint son plus haut niveau depuis plus de huit ans, un
dynamisme de bon augure pour la poursuite de la reprise.
    L'indice PMI des services a atteint 62,5 après 62,4 en août,
restant tout près du pic de sept ans atteint en juin à 62,6. 
    Il se maintient au-dessus de 60 depuis sept mois maintenant
et n'est pas retombé sous le seuil de 50 séparant contraction et
expansion depuis juillet 2012.
    La composante des nouveaux contrats est montée à 64,9 le
mois dernier contre 62,6 en août, un niveau qu'elle n'avait pas
retrouvé depuis mai 2006, avant le début de la crise financière.
    L'économie irlandaise devrait croître de près de 5% cette
année.

 (Jean-Baptiste Vey et Marc Angrand, édité par Juliette
Rouillon)