La France, sous pression, mise sur l'indulgence européenne

mercredi 1 octobre 2014 17h50
 

* Sapin a "bon espoir" de convaincre Bruxelles

* La France trop importante pour être poussée à la récession ?

* Vers une guérilla intérieure contre les économies

par Emmanuel Jarry

PARIS, 1er octobre (Reuters) - La France, incapable de tenir ses promesses de réduction des déficits publics, parie une fois encore sur l'indulgence de ses partenaires de l'Union européenne mais elle a plus à craindre d'une guérilla interne contre son programme d'économies.

Le projet de loi de finances 2015 confirme sans surprise que ses déficits ne seront pas ramenés à 3% du PIB avant 2017 malgré 50 milliards d'euros d'économies en trois ans, dont 21 milliards l'an prochain. et

La nouvelle Commission européenne doit se prononcer mi-novembre sur la conformité des choix budgétaires français aux règles de stabilité budgétaire de l'Union.

En théorie, elle peut juger que la France n'en a pas assez fait pour réduire ses déficits et proposer au Conseil européen d'adopter une recommandation en ce sens ou accorder un nouveau délai en invoquant des événements économiques "inattendus".

Lors de la présentation de ce projet de budget à la presse, mercredi, le ministre des Finances, Michel Sapin, a dit avoir "tout à fait bon espoir" quant à l'issue de ce processus.   Suite...