Les femmes de moins en moins présentes dans le capital-risque

mardi 30 septembre 2014 13h03
 

SAN FRANCISCO, 30 septembre (Reuters) - De moins en moins de femmes sont partenaires dans des sociétés de capital-risque, alors même qu'elles sont de plus en plus nombreuses à bénéficier de ces fonds en tant que fondatrices de start-ups aux Etats-Unis, selon un rapport du Babson College.

Le rapport, intitulé "Femmes chefs d'entreprises 2014: combler l'écart dans le capital-risque" dresse un tableau encourageant à certains égards de la place des femmes dans ces milieux, avec de plus de plus de soutiens financiers accordés aux femmes créatices d'entreprises.

En revanche, la proportion de femmes partenaires dans ces fonds spécialisés dans le capital d'amorçage, dédiés à la création d'entreprises, recule.

Environ 15% des sociétés américaines recevant des fonds de capital-risque ont au moins une femme dans leur équipe de direction, indique le rapport. La proportion était de 5% en 1999

En revanche, moins de 3% des sociétés bénéficiant de ces fonds de lancement avaient une femme à la direction générale.

De même, du côté des fonds de capital-risque qui financent ces jeunes pousses, seules 6% environ des partenaires sont des femmes, alors qu'elles étaient 10% en 1999, montre l'étude.

De nombreuses femmes des milieux d'affaires disent que le renforcement de leur place dans les fonds de capital-risque est un atout essentiel en faveur de leur présence dans l'enteprise.

Le rapport Babson semble confirmer ce point de vue, les femmes capital-risqueuses étant deux fois plus susceptibles que les hommes d'investir dans des startups ayant une femme dans l'équipe dirigeante. Les fonds de plus grande taille, mieux établis, ont également tendance à être plus ouvert sur ce plan.

Ce rapport est publié alors que les difficultés rencontrées par les femmes dans le secteur technologique font les grands titres de la presse aux Etats-Unis.   Suite...