LEAD 2-Royal n'exclut pas de fermer un autre site que Fessenheim

mardi 30 septembre 2014 18h22
 

(Actualisé avec précision, réaction Gilles Carrez)

PARIS, 30 septembre (Reuters) - La fermeture de la centrale de Fessenheim (Haut-Rhin), la plus ancienne du parc français, reste privilégiée pour la réduction de la part du nucléaire dans la production d'électricité en France, mais le gouvernement étudiera toute autre proposition d'EDF, a déclaré mardi Ségolène Royal.

La ministre de l'Ecologie s'apprête à défendre devant les députés le projet de loi pour la transition énergétique, qui prévoit un plafonnement de la capacité nucléaire de la France à 63,2 gigawatts.

L'ouverture de la centrale de Flamanville, prévue en 2016, devrait s'accompagner de la fermeture d'un autre site.

La centrale de Fessenheim paraît promise à la fermeture, mais le texte présenté aux députés prévoit qu'EDF décide, en partenariat avec l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN), de l'adaptation de son parc aux objectifs fixés par l'Etat.

"Sur Fessenheim, il y a eu des investissements, 500 millions d'euros", a rappelé Ségolène Royal sur France Inter.

"Et donc je regarderai avec beaucoup de pragmatisme (...) quelles sont les propositions de l'entreprise par rapport au choix le plus judicieux, c'est-à-dire quels sont les deux réacteurs qui coûtent le plus cher en terme d'investissement pour être remis aux normes, et une décision sera prise."

"Si EDF a une proposition plus judicieuse que fermer Fessenheim, je regarderai cette proposition", a-t-elle ajouté.

  Suite...