Le titre RBS en forte hausse après une reprise de provisions

mardi 30 septembre 2014 09h41
 

LONDRES, 30 septembre (Reuters) - L'action Royal Bank of Scotland (RBS) gagnait près de 4% mardi matin à la Bourse de Londres à la faveur de l'annonce d'une reprise de provisions de 800 millions de livres (1,03 milliard d'euros) pour tenir compte d'une amélioration de la conjoncture économique, notamment en Irlande.

Vers 07h40 GMT, le titre de la banque britannique, détenue à 80% par l'Etat, progressait de 3,82% à 375,2 pence, affichant la plus forte hausse de l'indice Stoxx 600. L'indice regroupant les valeurs bancaires européennes avançait dans le même temps de 0,48%.

RBS a également dit qu'il anticipait pour cette année des pertes sur créances "significativement" inférieures à sa dernière projection d'un milliard de livres, grâce notamment à une remontée du prix des actifs.

RBS vend les actifs cantonnés dans RBS Capital Resolution (RCR), sa structure de défaisance, à un rythme et à des prix plus élevés que prévu.

De ce fait, la banque ne doit pas provisionner autant pour les actifs de RCR, une "bad bank" mise sur pied cette année en vue de solder quelque 29 milliards de livres d'actifs à risque.

RBS reprendra quelque 500 millions de livres de provisions passées pour couvrir les pertes de RCR au troisième trimestre. Sa division irlandaise Ulster Bank reprendra pour sa part 300 millions sur la même période.

La banque a ajouté que, si les conditions de marché restaient favorables, elle pourrait reprendre encore davantage de provisions et accélérer le démantèlement des actifs de RCR, prévu initialement pour s'achever d'ici la fin 2016.

RBS, qui publiera ses résultats trimestriels le 31 octobre, a ajouté que son activité restait marquée par une part d'incertitudes, liée notamment à des litiges en cours.

La banque fait partie des six établissements qui ont eu des discussions avec la Financial Conduct Authority (FCA) en vue d'un accord global de règlement des procédures en cours sur des soupçons d'entente et de manipulation du marché des changes. (Steve Slater et Huw Jones, Benoit Van Overstraeten pour le service français, édité par Marc Angrand)