La Banque nationale suisse n'exclut pas des taux négatifs

lundi 29 septembre 2014 13h07
 

GENEVE, 29 septembre (Reuters) - La Banque nationale suisse n'exclut pas de recourir à des taux d'intérêt négatifs pour contenir le franc et écarter tout risque de déflation, a déclaré lundi son président Thomas Jordan.

La banque centrale a imposé un plafond à la valeur du franc en septembre 2011 lorsque des achats refuge avaient propulsé la devise helvétique à un niveau record contre l'euro.

Présentant à Genève les conclusions de la réunion monétaire du 18 septembre, Thomas Jordan a affirmé que la BNS était prête à prendre immédiatement des mesures supplémentaires, si nécessaire, pour défendre le seuil de 1,20 pour un euro.

"Aucune mesure n'est exclue, toute une série de mesures sont discutées", a-t-il dit lors d'une conférence de presse. "Il a été dit récemment qu'il avait été question de taux négatifs. Ceux-ci ne sont pas exclus non plus."

Thomas Jordan a noté que les risques de déflation s'étaient accrus en Suisse, la BNS tablant désormais sur un taux d'inflation limité à 0,5% en 2016 en dépit des taux d'intérêt à zéro. "De ce fait, le risque de déflation augmente", a-t-il déclaré.

Il a réaffirmé que la BNS n'avait pas eu à intervenir sur le marché des changes depuis septembre 2012. (Tom Miles et Stephanie Nebehay, Véronique Tison pour le service français)