LEAD 2-Innogy tout juste au-dessus de son prix d'IPO à Francfort

vendredi 7 octobre 2016 12h00
 

(Actualisé avec précisions, commentaire sur Deutsche Bank)

FRANCFORT, 7 octobre (Reuters) - L'action d'Innogy, la filiale renouvelables, réseaux et distribution de l'électricien allemand RWE, évolue tout juste au-dessus de son prix d'IPO de 36 euros vendredi matin en Bourse de Francfort, où elle a fait ses débuts au cours de 37,30 euros.

Vers 9h35 GMT, l'action se traite à 36,29 euros, après avoir inscrit un plus bas de 35,71 euros. RWE, qui conserve les trois quarts du capital d'Innogy, cède 4,11%.

A 37,30 euros, Innogy, qui regroupe les actifs les plus sains de RWE, était valorisé plus de 20 milliards d'euros pour ce qui est la plus importante introduction en Bourse effectuée en Allemagne depuis 16 ans. Cette capitalisation représentait le double de celle du deuxième électricien allemand.

Un tel décalage entre la valorisation de RWE et celle d'Innogy s'explique par l'intérêt des investisseurs pour les activités régulées, qui représentent 60% des profits de la nouvelle société, alors que les activités de production conservées par RWE souffrent d'une importante décote.

Les trois grands électriciens allemands, E.ON, RWE et EnBW, ont inscrit d'amples provisions pour dépréciation sur leurs centrales, dont la plupart ne fonctionnent pas assez pour être rentables, conséquence de la concurrence des énergies nouvelles comme le solaire et l'éolien.

L'IPO d'Innogy est la solution trouvée par RWE pour faire face à ces problèmes, auxquels il faut ajouter les coûts en puissance du stockage des déchets radioactifs une fois que toutes les centrales nucléaires auront été désactivées, en 2022.

Par ailleurs, le président du directoire d'Innogy, Peter Terium, a affirmé que ni sa société, ni RWE, n'étaient susceptibles de prendre une participation dans Deutsche Bank .

"Nous venons de lever des milliards avec la promesse d'investir dans les réseaux et les énergies renouvelables. Je ne crois pas que cela inclut la promesse d'investir dans Deutsche Bank", a-t-il dit à Francfort pour l'entrée en Bourse d'Innogy.

Le quotidien économique Handelsblatt a rapporté jeudi que les dirigeants de plusieurs grandes entreprises allemandes avaient discuté des problèmes de la première banque du pays et étaient prêts à injecter des capitaux pour la soutenir si nécessaire.

La fédération patronale allemande BDI et le ministère des Finances ne veulent faire aucun commentaire sur cette information, ont fait savoir leurs porte-parole. (Christoph Steitz, Christoph Steitz et Alexander Huebne, Patrick Vignal, Wilfrid Exbrayat et Juliette Rouillon pour le service français, édité par Marc Joanny)