France-L'ex-patron de la PJ Christian Flaesch mis en examen

jeudi 6 octobre 2016 18h53
 

PARIS, 6 octobre (Reuters) - L'ancien patron de la PJ parisienne Christian Flaesch a été mis en examen jeudi dans une enquête pour trafic d'influence pour laquelle l'ancien directeur du renseignement Bernard Squarcini est déjà poursuivi, a-t-on appris de source judiciaire.

Christian Flaesch a été mis en examen pour violation du secret de l'enquête, de l'instruction et du secret professionnel, ainsi qu'entrave aux investigations.

Il lui est notamment reproché d'avoir livré en 2013 des éléments confidentiels sur une plainte déposée par Hermès contre le groupe LVMH.

L'ancien directeur du renseignement intérieur Bernard Squarcini avait été mis en examen le 28 septembre dans le cadre d'une enquête menée par l'Inspection générale de la police nationale (IGPN).

Bernard Squarcini a été mis en examen notamment pour trafic d'influence et recel de violation du secret professionnel, et laissé libre sous contrôle judiciaire, selon une source judiciaire.

Un fonctionnaire de la Direction générale de la Sécurité intérieure (DGSI) a également été mis en examen pour violation du secret professionnel, compromission du secret de la défense et placé sous contrôle judiciaire.

Deux cadres de la sécurité du groupe LVMH avaient également été placés en garde à vue dans cette enquête. Ils ont été relâchés et seront convoqués ultérieurement par un juge.

Cette enquête, qui vise des faits de trafic d'influence, a été ouverte en marge de l'information judiciaire sur les accusations de financement, par la Libye, de la campagne de 2007 de Nicolas Sarkozy, selon une source proche du dossier.

En juin dernier, le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire visant Bernard Squarcini pour des soupçons de trafic d'influence liés à ses activités de consultant. La justice le soupçonne d'avoir mis ses réseaux au sein de la police au service de son cabinet Kyrnos, fondé en 2013 après son départ de la Direction centrale du renseignement intérieur.

Fin décembre 2013, Christian Flaesch avait dû quitter son poste de chef de la PJ parisienne pour avoir passé un appel à son ancien ministre de tutelle, Brice Hortefeux, dans lequel il semblait lui indiquer comment préparer une audition dans un dossier judiciaire concernant Nicolas Sarkozy. (Gérard Bon avec Service France, édité par Sophie Louet)