USA-Fiat doit répondre devant la justice sur la sécurité

jeudi 6 octobre 2016 01h13
 

NEW YORK, 6 octobre (Reuters) - Un juge américain a annoncé mercredi que Fiat Chrysler Automobiles (FCA) devait répondre devant la justice des accusations d'avoir trompé ses actionnaires en surestimant sa capacité à se conformer aux règles de sécurité des véhicules.

Le juge de district Jesse Furman à Manhattan a dit que le constructeur devait répondre des accusations concernant des déclarations faites fin 2014 selon lesquelles il était "largement" en conformité alors même qu'il faisait l'objet d'une enquête de la sécurité routière, la National Highway Traffic and Safety Administration, pour des manquements liés à deux rappels.

Jesse Furman a en revanche rejeté les plaintes accusant Fiat Chrysler d'avoir enfreint les principes en matière de comptabilité en ne passant pas suffisamment de provisions pour couvrir des rappels auxquels il devait s'attendre.

Le juge a aussi autorisé les actionnaires à poursuivre le directeur général du groupe Sergio Marchionne et l'ancien former responsable de la sécurité de sa division américaine, Scott Kunselman, concernant les déclarations au sujet de la sécurité.

Fiat Chrysler et les avocats des actionnaires n'ont pas immédiatement répondu aux demandes de commentaires.

Les actionnaires reprochent à FCA d'avoir artificiellement gonflé le cours des titres Fiat Chrysler de centaines de millions de dollars entre octobre 2014 et octobre 2015 en minimisant les préoccupations liées aux questions de sécurité.

Ils disent que les manquements se sont concrétisés l'an dernier lorsque le constructeur a dû payer 175 millions de dollars (156 millions d'euros) d'amendes à la NHTSA et passer une charge de 670 millions de dollars pour couvrir les rappels. (Jonathan Stempel, Juliette Rouillon pour le service français)