Tesco relève son objectif de marge, l'action bondit

mercredi 5 octobre 2016 09h40
 

LONDRES, 5 octobre (Reuters) - Tesco, le numéro un britannique de la grande distribution, a annoncé mercredi son intention d'investir davantage dans ses magasins et son réseau de distribution au cours des trois prochaines années pour améliorer sa rentabilité, après des résultats semestriels en nette hausse.

L'action du groupe gagnait 8,06% à 203,90 pence en début de séance à la Bourse de Londres, la meilleure performance de l'indice européen Stoxx 600, alors en recul de 0,62%.

Tesco, qui se relève progressivement de la plus grave crise de son histoire, vise une marge d'exploitation de 3,5% à 4% pour l'exercice fiscal 2019-2020, contre 2,18% au premier semestre de l'exercice en cours.

Les ventes, les bénéfices et la valorisation du groupe avaient chuté ces dernières années en raison de l'impact conjugué d'un scandale comptable, de l'évolution des habitudes de consommation et de l'essor des enseignes allemandes discount Aldi et Lidl, qui bousculent les acteurs traditionnels du marché britannique.

La baisse des prix alimentaires et le déficit du régime de retraites de l'entreprise ont également pesé sur les comptes mais le directeur général, Dave Lewis, est parvenu à stabiliser la situation puis à relancer la croissance en privilégiant les prix bas, le recentrage des gammes de produits, l'amélioration de la qualité de l'offre et celle du service aux clients.

Tesco prévoit de réduire ses coûts d'exploitation de 1,5 milliard de livres (1,7 milliard d'euros) en améliorant son réseau de distribution et en simplifiant l'organisation de ses magasins.

Les investissements prévus atteindront 1,4 milliard de livres par an en moyenne, un montant à comparer à celui d'un milliard engagé sur le dernier exercice.

Sur le premier semestre de l'exercice 2016-2017, clos le 27 août, le groupe, qui détient plus de 28% du marché britannique de la distribution alimentaire, a réalisé un bénéfice d'exploitation hors exceptionnels de 596 millions de livres, en hausse de 60% et situé dans le haut de la fourchette des estimations d'analystes.

Il précise être en bonne voie pour réaliser 1,2 milliard de livres de profits sur l'ensemble de l'exercice, un objectif en ligne avec les attentes du marché, et précise que la reprise des ventes de ses magasins britanniques s'est accentuée au deuxième trimestre.

(James Davey, avec Paul Sandle; Marc Angrand pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)