Les créanciers acceptent l'offre de rachat des titres Heta

mardi 4 octobre 2016 10h40
 

VIENNE, 4 octobre (Reuters) - Un nombre suffisant de créanciers de la "bad bank" Heta Asset Resolution ont accepté une offre de rachat des obligations pour permettre de boucler l'opération, a annoncé mardi le ministre des Finances Hans Jörg Schelling, mettant fin à la plus grave crise financière de l'après-guerre en Autriche.

La province de Carinthie, incapable de s'acquitter de ses garanties accordées sur 11 milliards d'euros d'obligations émises par la banque en faillite Hypo Alpe Adria, propose de les racheter avec une décote.

Les titres de créances sont actuellement détenus par Heta, la structure de défaisance d'Hypo, et l'affaire est considérée comme un test pour la mise en oeuvre du nouveau régime européen de "bail-in", qui met à contribution les créanciers obligataires et certains gros déposants pour renflouer les banques en difficultés.

"A la fin de la semaine, je peux affirmer que la situation est désormais telle que 75% des créanciers de la dette senior ont accepté et 50% de la dette junior", a dit le ministre.

Il fallait l'approbation des deux tiers des créanciers, dont 25% des détenteurs de dette junior, pour l'offre soit validée.

Le conflit autour de la garantie de la Carinthie traîne en longueur depuis des années. Les détenteurs d'obligations, dont Commerzbank et Dexia Kommunalbank, avaient rejeté une première proposition jugée trop faible.

La Carinthie, aidée par des prêts du gouvernement fédéral, propose de racheter les titres aux créanciers prioritaires à 90% de leur valeur nominale, soit environ 8% de plus que dans l'offre précédente.

Les créanciers ont jusqu'à vendredi pour accepter l'offre. (Kirsti Knolle; Juliette Rouillon pour le service français, édité par Patrick Vignal)