RPT-LEAD 3-France-Un plan à 570 millions d'euros pour sauver Alstom-Belfort

mardi 4 octobre 2016 16h59
 

(Bien lire autorité administrative et non unité, § 7)

* L'Etat va acheter pour 500 millions d'euros de rames TGV

* Alstom investira 70 millions d'euros à Belfort

* Syndicats et élus locaux satisfaits mais prudents

par Gilbert Reilhac

BELFORT, 4 octobre (Reuters) - La perspective d'une fermeture du site historique d'Alstom à Belfort s'est éloignée mardi avec la promesse de l'Etat et la SNCF d'anticiper des commandes de rames TGV ainsi que celle du groupe d'y développer la maintenance.

Outre l'accélération de commandes en discussion, l'Etat et Alstom mettent sur la table environ 570 millions d'euros de plus en achat de rames TGV (15) et en investissements pour assurer la pérennité d'un site dont la direction du groupe avait annoncé le 7 septembre le transfert d'ici deux ans en Alsace.

Les mesures annoncées sur place par le secrétaire d'Etat à l'Industrie, Christophe Sirugue, aux syndicats d'Alstom et aux élus locaux en présence du PDG du groupe, Henri Poupart-Lafarge, préservent les 400 postes directement en jeu, en pleine campagne électorale pour l'élection présidentielle de 2017.

Le gouvernement et le PDG annoncent dans une déclaration commune la commande par l'Etat de 15 rames de TGV Euroduplex pour la ligne Intercités Bordeaux-Marseille, en anticipation de la transformation des tronçons Bordeaux-Toulouse et Montpellier-Perpignan en lignes à grande vitesse (LGV) en 2025-2030.   Suite...