LEAD 1-La Bourse de Tokyo (+0,90%) à son tour soulagée par Deutsche Bank

lundi 3 octobre 2016 08h51
 

TOKYO, 3 octobre (Reuters) - La Bourse de Tokyo a fini en hausse de 0,90% lundi, portée par un apaisement des craintes concernant Deutsche Bank, ce qui a permis au compartiment financier de la cote de regagner un peu du terrain perdu vendredi.

L'indice Nikkei, en baisse de 1,46% vendredi, a regagné 148,83 points à 16.598,67 et le Topix, plus large, a pris 7,94 points (+0,60%) à 1.330,72.

Le Nikkei débute ainsi le trimestre octobre-décembre sur une note haussière après avoir gagné 5,61% le trois mois précédents, interrompant une série de deux baisses trimestrielles de suite. Depuis le début de l'année, le recul de l'indice est ramené à 12,79%.

L'indice bancaire de la place boursière japonaise a repris 0,29% après avoir cédé 2,35% vendredi. Mais il reste en repli de près de 30% depuis le début de l'année.

"Les derniers développements concernant le secteur bancaire européen ont contribué au soutien du marché", a déclaré Soichiro Monji, chargé de la stratégie chez Daiwa SB Investments.

L'action Deutsche Bank a repris plus de 6% vendredi après une information de l'AFP, non confirmée par les parties concernées, disant que l'amende infligée à la première banque allemande pour régler un litige lié à la vente de titres adossés à des créances hypothécaires pourrait n'être que de 5,4 milliards de dollars.

Mais cela n'empêche pas le titre de rester en baisse de 11,6% par rapport à son cours de clôture du 15 septembre, juste avant l'annonce d'une possible amende de 14 milliards.

Plus forte baisse du Nikkei, le groupe industriel Kawasaki Heavy Industries a plongé de 10,97% à 276,0 yens après avoir divisé par plus de deux sa prévision de bénéfice opérationnel pour l'exercice 2016-2017, évoquant notamment la vigueur du yen par rapport au dollar et une baisse de la rentabilité de son activité dans les chantiers navals.

Mitsubishi Heavy Industries a de son côté reculé de 1,67% à 412,1 yens. Sa filiale Mitsubishi Aircraft a informé la compagnie aérienne japonaise All Nippon Airways (ANA) qu'il y avait un risque que la première livraison de son avion régional MRJ subisse un nouveau retard. (Shinichi Saoshiro, Benoit Van Overstraeten pour le service français, édité par Véronique Tison)