Changes-Le marché se dote d'un code pour surmonter les scandales

jeudi 26 mai 2016 17h39
 

par Patrick Graham

LONDRES, 26 mai (Reuters) - Le premier code de déontologie global du marché des changes, présenté jeudi, interdit notamment aux opérateurs de répandre de fausses rumeurs ou de mentir dans le cadre de nouvelles règles destinées à rétablir la confiance dans le plus grand marché financier mondial, secoué ces dernières années par un scandale de manipulations de cours.

Le document, inspiré de codes régionaux existants, est en grande partie consacré à la manière dont les banques doivent traiter les ordres de leurs clients et aux informations que les acteurs du marché peuvent ou non partager entre eux.

Sur ces seules questions, il comprend des dizaines d'instructions regroupées sous 11 grands "principes" complétées par une volumineuse annexe contenant des exemples concrets de formulations appropriées ou pas pour parler des mouvements de marché.

La question de la manière dont le respect du code sera assuré et celle des éventuelles sanctions en cas de violation sont toutefois renvoyées à des travaux prévus l'année prochaine. L'examen des problèmes liés aux transactions électroniques à haute fréquence, qui se sont fortement développées au cours des dix dernières années, a aussi été renvoyé à plus tard.

Le code est l'une des réponses apportées par les acteurs du marché et leurs régulateurs aux accusations de manipulation de cours et d'utilisation abusive d'informations confidentielles sur les ordres de la clientèle, qui ont abouti à la fin de l'année dernière à des amendes de près de 10 milliards de dollars infligées à sept des principales banques mondiales.

DES TRADERS DISENT AVOIR PEUR DE PARLER

"Le marché des changes a souffert d'un manque de confiance", a dit le vice-gouverneur de la banque centrale australienne Guy Debelle, à la tête depuis juillet dernier du groupe de travail de 21 banques centrales consacré à l'élaboration du code. "Le marché doit rétablir cette confiance", a-t-il déclaré à des journalistes lors d'une téléconférence.   Suite...