France-Le repli des défaillances d'entreprises se confirme

mercredi 25 mai 2016 12h50
 

PARIS, 25 mai (Reuters) - Le cycle de normalisation des défaillances d'entreprises en France entamé en 2014 se poursuit et leur recul devrait atteindre 3,2% cette année, selon les données publiées mercredi par l'assureur-crédit Coface .

A fin avril, le nombre cumulé sur douze mois des défaillances d'entreprises - redressements et liquidations judiciaires - s'élevait à 58.846, soit un recul de 4,3% sur un an.

Pour le seul premier trimestre 2016, le repli s'est avéré plus net, à 6%, le premier trimestre 2015 ayant été marqué par des défaillances plus nombreuses du fait des retards d'enregistrement liés au mouvement de grève dans les tribunaux de commerce en décembre 2014.

Malgré les réserves sur cet effet de base, les économistes de Coface soulignent une bonne dynamique, dans un contexte de reprise de l'économie. Ils anticipent pour cette année une poursuite de l'évolution positive de la croissance de l'économie française (+1,6%) et du redressement des marges des entreprises (qu'ils voient à 32,3% fin 2016).

La tendance positive se manifeste par la baisse du nombre de salariés concernés par les défaillances d'entreprises (-2,4% sur un an à fin avril, à 183.928 personnes) mais aussi le recul du coût total des défaillances, qui correspond à l'encours des dettes fournisseurs (-8,6% sur douze mois à fin avril, à 3,35 milliards d'euros).

Sur le plan géographique, deux régions métropolitaines ont vu leur situation se dégrader au cours des douze derniers mois à fin avril 2016, l'Île-de-France (+3,0%) et le Centre-Val de Loire (+2,9%).

Si Euler Hermes a évoqué la semaine dernière un "probable effet attentats" qui aurait entraîné 290 défaillances d'entreprises franciliennes, les économistes de Coface relativisent une telle éventualité.

Au vu de l'évolution des secteurs concernés par les défaillances d'entreprises en Île-de-France entre octobre 2015 et avril 2016, "ce ne sont probablement pas les attentats qui expliquent le chiffre de +3%", a déclaré Paul Chollet, économiste de l'assureur-crédit.

Au niveau national, la situation en termes de défaillances d'entreprises s'améliore pour l'ensemble des secteurs, à l'exception du textile (+3,4% en mars 2016), pénalisé par les difficultés de l'habillement, confronté à une concurrence exacerbée et à la croissance des ventes sur internet.   Suite...