Un conflit social californien s'invite à l'assemblée de Natixis

mardi 24 mai 2016 18h00
 

PARIS, 24 mai (Reuters) - Des employés d'un hôtel californien ont interpellé mardi les dirigeants de Natixis durant l'assemblée générale de la banque d'affaires pour lui demander de mettre un terme à un conflit qui les oppose à leur direction.

Le syndicat Unite Here! Local 11 estime que le management du Long Beach Westin exerce une pression inacceptable sur ses employés pour les décourager d'adhérer à une organisation syndicale.

"Natixis, êtes-vous prêt à dialoguer avec moi en ce qui concerne mon droit d'adhérer à un syndicat?", a demandé lors d'une séance de question avec les actionnaires une employée de l'hôtel.

L'établissement appartient à un fonds de pension américain, qui est conseillé pour la gestion de ce bien par AEW Capital Management, une filiale du pôle gestion d'actifs de la banque française, Natixis Global Asset Management.

"AEW n'est absolument pas propriétaire de l'hôtel Westin Long Beach que vous citez et malheureusement, nous ne sommes pas compétents du tout pour nous engager sur ce sujet qui (...) est en cours d'examen", a répondu Laurent Mignon, directeur général de Natixis, une analyse contestée par le syndicat américain.

"Nous pensons que Natixis a le pouvoir de résoudre ce problème et nous voulons simplement nous asseoir autour d'une table avec eux pour trouver une solution", expliquait avant la réunion Jeremy Blasi, un juriste pour Unite Here!, qui distribuait des tracts à l'extérieur du Palais Brongniart à Paris, où avait lieu l'assemblée générale.

"Ils ont le pouvoir de nous permettre de nous organiser (en syndicat), c'est pour cela que nous sommes là, et nous ne nous arrêterons pas avant cela, Natixis doit nous entendre", a aussi fait valoir Francisco Abdul Estin, un employé de l'hôtel qui a fait le déplacement à Paris pour l'occasion. (Julien Ponthus, édité par Jean-Michel Bélot)