Concurrence-Enquête approfondie sur la fusion Auchan-Système U

mardi 24 mai 2016 11h04
 

PARIS, 24 mai (Reuters) - L'Autorité de la concurrence a annoncé mardi l'ouverture d'une enquête approfondie concernant le projet de fusion entre les distributeurs Système U et Auchan.

L'Autorité considère que l'opération nécessite un examen approfondi (phase 2) "compte tenu de ses effets, tant sur les marchés amont de l'approvisionnement en produits de consommation courante qu'à l'aval au stade de la distribution".

L'opération se traduira au niveau national par le rapprochement des 5e et 6e opérateurs de la distribution à dominante alimentaire, tandis qu'au niveau local elle entraînera des chevauchements d'activités dans environ 400 zones dans lesquelles Auchan et Système U disposent tous deux de points de vente, souligne l'Autorité.

L'Autorité se penchera notamment sur la question de la pression concurrentielle exercée par les "drives" des deux enseignes sur les autres magasins et sur la manière de prendre en compte ces points de retrait des commandes passées sur internet dans l'analyse des effets de la fusion.

Ce rapprochement, qui passe par une centrale d'achat commune et des échanges d'enseignes - une opération rendue complexe entre le modèle intégré d'Auchan et celui de coopérative d'indépendants de Système U - donnerait naissance à un ensemble pesant 20% de part de marché en France, talonnant Leclerc.

Les conséquences de la fusion pour les fournisseurs communs aux deux groupes seront également examinées.

L'Autorité de la concurrence avait déjà estimé que les alliances entre centrales d'achat intervenues en 2014 (Auchan-Système U, Casino -Intermarché et Carrefour -Cora) présentaient des risques concurrentiels et avait appelé les distributeurs à certaines corrections.

Auchan et Système U avaient notifié leur projet de fusion aux autorités françaises de la concurrence le 30 décembre 2015, après le renvoi à la France de l'examen de l'opération par la Commission européenne.

Le délai de l'examen approfondi est en principe de 65 jours ouvrés à compter de l'ouverture de la phase 2. Il peut cependant être allongé, selon les besoins de l'Autorité.   Suite...