LEAD 6-France-Le bras de fer se durcit entre la CGT et le gouvernement

mardi 24 mai 2016 18h39
 

* Environ 20% des stations d'essence affectées

* La CGT annonce que la grève est votée dans 8 raffineries sur 8

* CGT et gouvernement s'accusent mutuellement (Actualisé avec point du gouvernement)

PARIS, 24 mai (Reuters) - Le bras de fer s'est durci mardi entre le gouvernement et la CGT, qui tente de paralyser l'économie française en organisant notamment la pénurie de carburant pour obtenir du pouvoir socialiste le retrait de la réforme du Code du travail.

Après l'intervention mardi matin des forces de l'ordre pour débloquer les accès aux dépôts pétroliers de Fos-sur-Mer, dans le Sud-Est, et de Lorient, en Bretagne, le secrétaire fédéral de la branche pétrole de la CGT, Emmanuel Lépine, a annoncé que les salariés des raffineries de Fos-sur-Mer et de Notre-Dame-de-Gravanchon (Seine-Maritime) avaient eux aussi voté la grève.

"Il y a maintenant huit raffineries sur huit en grève", a-t-il déclaré à Reuters, tandis que le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez, appelait à une extension du mouvement.

Si la réalité sur le terrain n'est pas toujours aussi tranchée que l'affirment dans une guerre de communication la CGT d'un côté, les raffineurs et le gouvernement de l'autre, la menace d'une pénurie de carburant est forte.

Mais le secrétaire d'Etat aux Transports, selon lequel environ 20% des 12.200 stations d'essence sont affectées, avec les problèmes les plus importants en Loire-Atlantique, a promis que tous les dépôts de carburant seraient libérés.

"Aujourd'hui, le gouvernement s'est engagé à libérer l'ensemble des dépôts", a dit Alain Vidalies lors de la séance des questions au gouvernement à l'Assemblée nationale.   Suite...