LEAD 3-France-Des stations sans essence, "un chantage" selon Valls

lundi 23 mai 2016 21h38
 

* Pour Manuel Valls, la CGT est à la "dérive"

* La CGT affirme que six raffineries sur huit sont affectées

* Les terminaux pétroliers de Fos-sur-Mer et de Lavéra bloqués

* Michel Sapin annonce qu'il n'y aura pas d'"indulgence" (Actualisé avec terminal du Havre §10 et stations Total §16)

PARIS, 23 mai (Reuters) - Manuel Valls a qualifié lundi de "chantage" les actions des syndicats qui bloquent la plupart des raffineries françaises et plusieurs dépôts de carburant, tout en assurant qu'il n'y avait pour l'heure aucune raison de céder à la "panique".

Ces blocages ont à nouveau perturbé lundi les approvisionnements des stations-service - 20% environ ont connu des difficultés ou ont dû fermer selon le gouvernement - et poussé de nombreux automobilistes à prendre d'assaut les pompes à essence.

Les syndicats les plus opposés à la réforme du Code du travail, CGT en tête, voient là un moyen de poursuivre la contestation entamée il y a trois mois.

"Cela va durer au moins la semaine", a déclaré sur RMC Emmanuel Lépine, responsable de la branche pétrole de la CGT. "Il n'y a qu'une manière de débloquer la situation, c'est de retirer la loi Travail, c'est très simple", a-t-il ajouté.

Selon Manuel Valls, ce procédé relève du "chantage" et traduit une "dérive de la CGT, en tout cas d'une partie d'entre elle".   Suite...