Michelin n'exclut pas d'autres acquisitions dans le digital-pdt

mardi 17 mai 2016 13h34
 

PARIS, 17 mai (Reuters) - Michelin n'exclut pas de poursuivre sa croissance externe dans le secteur digital, où il a déjà réalisé trois acquisitions en deux ans, afin de prendre part au boom des nouveaux services entourant ses métiers traditionnels.

Interrogé mardi par Ecorama/Boursorama sur d'autres opérations de ce type, le président du fabricant de pneumatiques Jean-Dominique Senard a répondu: "Pourquoi pas ? (C'est) envisageable."

Avant d'ajouter: "Mais nous sommes extrêmement prudents quand il s'agit de faire des acquisitions pour le faire dans des conditions qui permettent à l'entreprise de ne pas détruire de la valeur."

Michelin a pris en 2015 une participation de 40% dans le capital d'Allopneus, leader français de la vente de pneumatiques sur internet, et a racheté la même année le spécialiste britannique de la vente de pneus en ligne Blackcircles. En janvier, il a également fait l'acquisition du britannique BookaTable, donnant ainsi naissance au leader européen de la réservation en ligne de restaurants.

Interrogé sur la polémique qui a récemment entouré les rémunérations octroyées à la tête de PSA ou de Renault , il a refusé de faire un commentaire, répondant que la responsabilité incombait aux conseils d'administration et aux autorités responsables en la matière.

"Vous pouvez toujours, à titre personnel, avoir une vue sur cette question. La mienne est de dire qu'en termes relatifs, j'ai toujours souhaité que ma rémunération soit modérée (...) Chacun met ensuite la modération où il veut", a-t-il ajouté.

L'assemblée générale de Michelin, vendredi à Clermont-Ferrand, a voté à une très forte majorité la rémunération octroyée à Jean-Dominique Senard au titre de 2015, soit 2,4 millions d'euros contre 1,9 million dus au titre de l'exercice précédent (+26% environ).

Les actionnaires de Renault ont quant à eux rejeté à 54% la rémunération du PDG Carlos Ghosn mais le conseil d'administration du constructeur a maintenu le montant de 7,2 millions d'euros attribué au titre de 2015.

Un mois avant, l'assemblée générale de PSA avait approuvé la hausse de rémunération du président du directoire Carlos Tavares, quasi doublée à 5,2 millions d'euros avec le retour des actions de performance malgré, comme chez Renault, l'opposition de l'Etat actionnaire. (Gilles Guillaume, édité par Dominique Rodriguez)