UE/Energie - Bruxelles veut favoriser une révolution des réseaux

vendredi 13 mai 2016 18h31
 

STRASBOURG, 13 mai (Reuters) - La Commission européenne présentera avant la fin de l'année une série de propositions pour un "nouveau marché" de l'électricité dans le but d'adapter les réseaux au développement des énergies renouvelables et à la révolution numérique.

Là où coexistaient historiquement des stratégies nationales, cette nouvelle ère suppose une coopération accrue entre les Etats et les grandes régions européennes, a souligné vendredi à Strasbourg Dominique Ristori, directeur général Energie à la Commission européenne.

"Il s'agira de réconcilier des montants accrus d'énergie variable, notamment renouvelable, avec la sécurité de fonctionnement de l'ensemble du système énergétique", a-t-il expliqué lors d'un colloque consacré à la coopération énergétique entre la France et l'Allemagne.

"Ces éléments doivent s'apprécier au niveau régional puis européen, et pas seulement au niveau national", a-t-il ajouté.

Dans le cadre de la lutte contre le réchauffement climatique, l'Union européenne s'est engagée à réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 40% d'ici 2030 par rapport à 1990 et d'atteindre 20% d'énergie produite à partir de sources renouvelables d'ici 2020.

Le développement des énergies intermittentes comme l'éolien et le photovoltaïque constituent de nouveaux défis pour les électriciens, tant du fait de la multiplication des sources à introduire sur le réseau que d'une plus grande difficulté à prévoir la puissance disponible à un instant T.

Le renforcement des interconnexions entre pays européen et l'avènement des "réseaux intelligents", dotés de capacités d'adaptation entre l'offre et la demande, mais aussi le développement des capacités de stockage sont au c÷ur de cette révolution.

Les propositions de la Commission devraient fixer un cadre mais aussi promouvoir des normes et des standards communs. "On ne peut pas multiplier les occasions ratées dans ce domaine", a souligné Dominique Ristori.

"Un domaine de coopération industrielle privilégié, ce sont les réseaux. Même si nous n'avons pas le même mix énergétique entre la France et l'Allemagne, les électrons passent par-dessus le pont de Kehl", a relevé Michel Derdevet, directeur général adjoint d'ERDF (Electricité réseau distribution France) et auteur d'un rapport commandé par François Hollande sur le sujet.

Dominique Ristori a également insisté sur la nécessité d'approfondir la coopération franco-allemande dans ce domaine en dépit des options radicalement opposées sur l'énergie nucléaire, à laquelle a renoncé Berlin alors qu'elle génère 75% de l'électricité en France.

«Il peut y avoir sur tel ou tel point une appréciation différente, et en même temps, il y a des champs entiers ouverts sur les réseaux, sur l'efficacité énergétique, sur les énergies renouvelables et ce sont deux pays où il y a des lois qui fixent des objectifs sur ces créneaux-là", a-t-il dit à Reuters. (Gilbert Reilhac, édité par Yann Le Guernigou)