RESUME DE L'ACTUALITE A 02H00 GMT (13/05)

vendredi 13 mai 2016 04h02
 

BRASILIA, 13 mai (Reuters) - Le nouveau président brésilien par intérim, le centriste Michel Temer, a appelé le pays à se rassembler derrière son gouvernement de "salut national", quelques heures après la mise à l'écart par le Sénat de la présidente de gauche Dilma Rousseff en vue de sa destitution.

Le chef de l'Etat par intérim, qui est âgé de 75 ans, a demandé aux Brésiliens d'avoir "confiance" en leur pays qui, a-t-il dit, saura surmonter la crise politique et économique que traverse le pays, miné aussi par des affaires de corruption.

Michel Temer a demandé à ses nouveaux ministres de mettre en place une politique favorable aux entreprises tout en maintenant les programmes sociaux très populaires mis en place par le Parti des travailleurs (PT, gauche) à son arrivée au pouvoir il y a 13 ans avec l'élection de Luiz Inacio Lula da Silva, mentor et prédécesseur de Dilma Rousseff.

---

PARIS - Les députés français ont rejeté hier une motion de censure de l'opposition de droite contre le gouvernement, ce qui a entraîné l'adoption en première lecture du projet de loi Travail à l'Assemblée nationale malgré la contestation de la rue et d'une partie de la gauche.

Pour être adoptée, la motion de censure déposée en réponse au passage en force permis par l'article 49-3 de la Constitution devait recueillir la majorité absolue des suffrages, soit 288 voix, trois sièges étant actuellement vacants.

Elle n'en a obtenu que 246, dont les 196 Républicains, 27 centristes de l'UDI sur 30, deux écologistes sur 16, un radical de gauche sur 18 et 10 députés Front de gauche.

Les députés socialistes "frondeurs" n'ont pas voté cette motion, contrairement à leurs homologues du Front de gauche.

Ils n'avaient pas réussi mercredi à déposer leur propre motion contre le gouvernement, illustration de la division de la gauche à un an de la présidentielle et des législatives.   Suite...