ADP réclame des renforts de police à Orly et Roissy cet été

jeudi 12 mai 2016 16h17
 

PARIS, 12 mai (Reuters) - Groupe ADP a réclamé jeudi une hausse des effectifs de police pour les contrôles à l'arrivée dans les aéroports de Roissy et d'Orly, à moins d'un mois de l'Euro 2016 de football qui va encore accroître la traditionnelle affluence estivale.

Le trafic des deux aéroports parisiens a crû d'environ 20% depuis 2008, mais les effectifs de la police de l'air et des frontières (PAF), chargée des contrôles des passeports des passagers à leur descente de l'avion, ont décru dans le même temps, a déclaré Augustin de Romanet, PDG de Groupe ADP.

"C'est nécessaire pour cet été d'apporter des renforts à la PAF", a-t-il dit lors d'une conférence de presse pour le lancement des lignes Le Bus Direct, qui succèdent depuis jeudi aux Cars Air France pour relier les aéroports à Paris.

Les temps d'attente supérieurs à une demie-heure aux contrôles sont quatre à cinq fois plus fréquents depuis le début de l'année, a précisé Augustin de Romanet à des journalistes, citant un nouveau renforcement des vérifications d'identité depuis les attentats de novembre 2015 à Paris.

"Nos passagers dans nos aéroports nous en tiennent pour responsables", a-t-il ajouté, déplorant une dégradation des indices de satisfaction qui s'étaient améliorés à la suite des mesures de Groupe ADP pour améliorer la qualité de service dans ses aéroports.

Le ministère de l'Intérieur, qu'Augustin de Romanet dit avoir contacté en ce sens, n'était pas immédiatement disponible pour commenter.

Dans une étude publiée mercredi, le Conseil d'analyse économique (CAE), rattaché aux services du Premier ministre, insiste sur la nécessité d'améliorer la plate-forme de Roissy, à la peine dans les classements internationaux.

"Ils ont raison et ils peuvent notamment s'intéresser à la police de l'air et des frontières", a dit Augustin de Romanet à Reuters en réaction à cette étude.

Groupe ADP, dont l'Etat détient 50,6%, cherche à améliorer sa réputation, à l'image de l'offre Le Bus Direct, basés sur 50 bus rénovés arborant son nouveau logo "Paris Aéroport" et exploités par Keolis, filiale à 70% de la SNCF. (Cyril Altmeyer, édité par Yves Clarisse)