Brésil-La procédure de destitution de Rousseff suit son cours

mardi 10 mai 2016 15h40
 

par Maria Carolina Marcello et Leonardo Goy

BRASILIA, 10 mai (Reuters) - Waldir Maranhao, président par intérim de la Chambre des députés brésiliens, est revenu mardi sur l'annulation, la veille, du vote du 17 avril validant la procédure de destitution entamée à l'encontre de la présidente Dilma Rousseff, qui devrait donc suivre son cours et mener mercredi à sa suspension.

La décision annoncée lundi par Waldir Maranhao, invalidant celle des députés qui s'étaient prononcés en faveur de la destitution, a fait plonger les marchés financiers et menaçait de provoquer une crise constitutionnelle que seule la Cour suprême aurait pu trancher.

Après son revirement, le real s'est nettement redressé mardi et la Bourse de Sao Paulo gagnait près de 2%. La veille, Waldir Maranhao avait fait état d'irrégularités pour justifier l'invalidation du vote du 17 avril.

L'accusant de "jouer avec la démocratie", Renan Calheiros, son homologue du Sénat, a annoncé que le vote prévu mercredi à la chambre haute serait maintenu.

Il devrait, sauf surprise improbable, se solder par le renvoi devant la justice et la suspension immédiate de la présidente, soupçonnée d'avoir falsifié les comptes publics pour faciliter sa réélection en 2014.

Les partisans de Dilma Rousseff ont commencé à se mobiliser mardi à Sao Paulo et à Brasilia, où la circulation a été bloquée par endroits. Le Parti des travailleurs, dont Dilma Rousseff est issue, et plusieurs syndicats ont appelé à une grève nationale. (Silvio Cascione et Anthony Boadle; Pierre Sérisier, Eric Faye et Jean-Philippe Lefief pour le service français, édité par Marc Angrand)