Le Parlement grec adopte de nouvelles réformes contestées

lundi 9 mai 2016 00h51
 

(Actualisé avec déclarations, contexte)

par George Georgiopoulos et Renee Maltezou

ATHENES, 9 mai (Reuters) - Le Parlement grec a adopté tard dimanche soir des réformes contestées de la fiscalité et des retraites réclamées par les créanciers internationaux, à la veille d'une réunion des ministres des finances de la zone euro.

Ces mesures, nécessaires au déblocage d'une nouvelle tranche d'aide dans le cadre du plan de sauvetage financier négocié l'été dernier par le Premier ministre Alexis Tsipras avec ses partenaires européens, visent à garantir que le budget grec dégagera un excédent primaire (hors service de la dette) de 3,5% du PIB en 2018.

Cet objectif négocié avec les créanciers doit permettre le retour de la Grèce sur le marché de la dette et rendre son endettement viable.

Mais ce nouveau train de réformes, qui s'ajoute à six années de politique d'austérité, est rejeté par les syndicats, qui avaient appelé à manifester dimanche devant le Parlement. Dans la soirée, des échauffourées ont éclaté. La police a fait usage de gaz lacrymogènes pour repousser des manifestants.

Les ministres des Finances des 19 pays de la zone euro se retrouvent ce lundi à Bruxelles pour évaluer les nouvelles mesures prises par Athènes avec la clef le possible déblocage d'une nouvelle tranche aide. Plusieurs personnalités, dont la directrice générale du FMI, Christine Lagarde, ont appelé à une discussion sur un éventuel allègement de la dette grecque.

"NOTRE MONDE EST UN CONTRAT"   Suite...