Next abaisse encore ses prévisions mais l'action monte

mercredi 4 mai 2016 11h13
 

LONDRES, 4 mai (Reuters) - L'enseigne britannique d'habillement Next a averti mercredi que ses ventes pourraient subir cette année une baisse allant jusqu'à 3,5% en raison de la faiblesse de la consommation.

L'action gagnait néanmoins plus de 3% en séance à la Bourse de Londres, effaçant une partie des lourdes pertes subies depuis le début de l'année.

Next prévoit désormais pour l'ensemble de son exercice 2016-2017 une évolution de ses ventes allant d'une baisse de 3,5% à une hausse de 3,5%, alors que cette fourchette allait auparavant de -1% à +4%.

Cette révision à la baisse est la troisième en cinq mois.

"Les mauvaises performances des six dernières semaines pourraient refléter une dégradation de la tendance de fond de la demande d'habillement et peut-être un ralentissement accentué des dépenses de consommation", explique le groupe dans un communiqué.

Il note cependant que les bases de comparaison 2015 sont défavorables, la période équivalente de l'an dernier ayant été inhabituellement chaude, et ajoute que le refroidissement des derniers jours s'est traduit par une amélioration des ventes.

L'incertitude sur l'évolution des ventes a conduit le groupe à ramener sa prévision de bénéfice imposable annuel dans une fourchette de 748 à 852 millions de livres (944 millions à 1,075 milliard d'euros), contre 784 à 858 millions auparavant.

Les analystes financiers prévoient pour leur part en moyenne un bénéfice imposable annuel de 829 millions de livres, selon les données Thomson Reuters.

En Bourse, l'action Next gagnait 3,757% à 51,65 livres à 9h07 GMT, la plus forte hausse de l'indice FTSE-100, qui perdait alors 0,62%. A la clôture de mardi, le titre affichait la plus forte baisse de l'indice depuis le début de l'année avec un recul de 31%.

Cantor Fitzgerald estime désormais la valeur survendue et juge que les chiffres publiés, même inférieurs aux prévisions, ne sont pas aussi mauvais qu'attendu.

(Sarah Young, avec Tricia Wright; Marc Angrand pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)