La Bourse de Tokyo chute de plus de 3,5% à la mi-séance

lundi 2 mai 2016 04h05
 

TOKYO, 2 mai (Reuters) - La Bourse de Tokyo était en baisse de plus de 3,5% lundi à la mi-séance, toujours plombée par la vigueur du yen après la décision prise la semaine dernière par la Banque du Japon (BoJ) de laisser sa politique monétaire inchangée.

Vers 02h00 GMT, l'indice Nikkei perdait 3,59%, soit 597,91 points, à 16.068,14. Le Topix reculait de 3,53% à 1.293,23.

Le yen a touché en séance un nouveau pic de 18 mois face au dollar, à 106,14 yens, avant d'effacer ses gains. Le billet vert gagnait 0,1% par rapport à la devise japonaise, à 106,46 yens.

Mais la semaine dernière, il avait perdu 4,86% par rapport au yen -- sa plus forte baisse hebdomadaire depuis 2008 -- après que la BoJ a pris nombre d'investisseurs de court jeudi en ne prenant pas de nouvelles mesures d'assouplissement malgré des signes de fragilisation de la reprise de la troisième économie mondiale.

L'indice Nikkei avait déjà perdu 3,61% jeudi à la suite de la décision de la BoJ mais la Bourse de Tokyo était ensuite restée fermée vendredi pour cause de jour férié.

Depuis le début de l'année, le Nikkei creuse à nouveau ses pertes pour accuser un repli de près de 15,5%.

Le sentiment des investisseurs est également plombé par un indicateur montrant que l'activité manufacturière chinoise avait certes connu une progression pour le deuxième mois de suite en avril, mais à un rythme tellement faible qu'il suscite des interrogations sur la pérennité d'un frémissement de reprise de la deuxième puissance économique mondiale.

Toute poussée du yen par rapport aux autres devises internationales -- l'euro avançait face à la monnaie japonaise mais restait non loin d'un creux de trois ans à 121,66 touché vendredi -- pèse sur les nombreuses valeurs exportatrices composant le Nikkei 225.

Le titre Sony reculait de 4,45% après que le géant électronique a dit jeudi que son activité de capteurs d'images avait été déficitaire en 2015-2016, ce qui pourrait traduire des difficultés du plan de redressement du groupe.

Cette donnée relègue au second plan le fait que Sony a dégagé sur l'exercice qui vient de se terminer son plus important bénéfice d'exploitation depuis huit ans, grâce notamment à des réductions de coûts. (Bureau de Tokyo, Benoit Van Overstraeten pour le service français)