L'Etat portugais pourrait conserver ses parts de Novo Banco

vendredi 29 avril 2016 16h37
 

LISBONNE, 29 avril (Reuters) - Le gouvernement portugais étudie toutes les possibilités concernant la banque Novo Banco, y compris celle de renoncer à vendre la part du capital détenue par l'Etat, a déclaré vendredi le secrétaire d'Etat au Trésor, Ricardo Mourinho Felix.

Ses déclarations, pendant un débat parlementaire, interviennent au lendemain de la suspension par un tribunal portugais de la décision de la banque centrale nationale de transférer une partie de la dette obligataire de Novo Banco à la structure de défaisance BES, une décision judiciaire qui pourrait compliquer la privatisation de l'établissement.

"Toutes les options sont ouvertes concernant la vente de Novo Banco (...) Nous devons prendre acte du fait que sa vente pourrait avoir un coût, mais la conserver dans le secteur public pourrait aussi avoir un coût. Nous devons donc comparer les deux scénarios et déterminer lequel implique le coût le plus faible pour le contribuable à moyen et long termes", a dit Ricardo Mourinho Felix.

Les rendements des obligations d'Etat portugaises ont augmenté vendredi sur le marché secondaire, la décision de justice sur Novo Banco ravivant les inquiétudes sur le secteur bancaire.

L'agence de notation DBRS devait en outre annoncer en fin de journée sa décision sur la note souveraine du pays et si une dégradation était jugée peu probable, DBRS, dernière agence à noter Lisbonne en catégorie d'investissement, pourrait abaisser sa perspective.

L'Etat portugais a investi en 2014 4,9 milliards d'euros, principalement en fonds publics, dans le sauvetage de Banco Espirito Santo, dont les actifs les plus sains ont été regroupés dans Novo Banco.

Le processus de vente des parts de l'Etat a été lancé l'an dernier puis interrompu faute d'offres jugées suffisantes. La banque centrale a relancé le processus après le transfert de dettes d'environ deux milliards d'euros aujourd'hui remis en cause par la justice.

L'Union européenne a donné à Lisbonne jusqu'en août 2017 pour vendre Novo Banco.

(Sergio Goncalves et Andrei Khalip; Marc Angrand pour le service français)