Espagne-Bankia et Popular voient les revenus du crédit reculer

vendredi 29 avril 2016 10h14
 

MADRID, 29 avril (Reuters) - Les banques espagnoles Bankia et Banco Popular ont fait état vendredi d'une dégradation des revenus de leurs activités de crédit, une nouvelle illustration de l'impact de taux d'intérêt historiquement bas sur la rentabilité du secteur.

Les deux établissements ont parallèlement amélioré la qualité de leurs portefeuilles de prêts, longtemps dégradée par les répercussions de l'éclatement de la bulle immobilière espagnole en 2008 mais qui bénéficie désormais de la reprise économique et du redémarrage de la demande de crédits immobiliers.

Le ratio de prêts non-performants de Bankia a ainsi été ramené à 10,5% fin mars contre 10,8% un an plus tôt, et celui de Popular à 12,7% contre 12,9%.

Le revenu net d'intérêts de Bankia, lui, a chuté de 16,7% sur un an au premier trimestre, un recul conforme aux estimations des analystes financiers, et de 13,2% par rapport au quatrième trimestre de l'an dernier.

Pour Popular, numéro six du marché bancaire espagnol par l'actif mais qui est la plus exposée au marché immobilier, la baisse du revenu net d'intérêts a été de 1,9% par rapport au premier trimestre 2015, légèrement plus faible qu'attendu, et de 2,5% par rapport à octobre-décembre.

Pour tenter d'améliorer ses marges, Bankia s'emploie à réorienter son activité de crédit vers les petites et moyennes entreprises pour réduire le poids du crédit immobilier. Popular, de son côté, cherche à développer sa base de clientèle et a conclu jeudi le rachat des activités de paiements de Barclays en Espagne et au Portugal.

Le bénéfice net trimestriel de Bankia a diminué de 3,3% et celui de Popular de 2,6%, par rapport au trimestre comparable de 2015.

A la Bourse de Madrid, l'action Bankia perdait 1,42% à 0,8310 euro à 8h07 GMT alors que Popular abandonnait 0,72% à 2,4760 euros. Au même moment, l'indice Stoxx des banques de la zone euro cédait 1,55%.

(Jesús Aguado et Angus Berwick; Marc Angrand pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)