LEAD 1-Carl Icahn a vendu ses actions Apple, le titre perd 3%

jeudi 28 avril 2016 23h39
 

(Actualisé avec citation d'Icahn, cours de clôture)

NEW YORK, 28 avril (Reuters) - L'investisseur activiste Carl Icahn a révélé jeudi avoir vendu la totalité de ses actions Apple en se disant inquiet des répercussions du ralentissement de l'économie chinoise sur le titre.

Icahn, fervent supporter de la firme à la pomme dont il était actionnaire depuis trois ans, détenait 45,8 millions de titres à la fin 2015 mais avait déjà réduit sa participation de 13% à cette période.

Interrogé jeudi par la chaîne CNBC, il a dit avoir réalisé un gain d'environ deux milliards de dollars (1,8 milliard d'euros) sur cet investissement et a affirmé qu'il reviendrait à l'achat sur la valeur si la situation se stabilise en Chine.

Il a ajouté être "toujours très prudent" sur le marché boursier américain.

En mai 2015, dans une lettre ouverte à Tim Cook, le directeur général d'Apple, Icahn avait affirmé que l'action valait 240 dollars, soit 90% de plus que son prix de l'époque.

"Nous n'avons plus de position. Tim Cook a fait du bon boulot, je l'ai appelé ce matin pour le lui dire et il était un peu désolé, évidemment", a déclaré le financier.

"Contrairement à la situation il y a six mois ou un an, Apple n'a pas besoin d'activisme car leur direction fait du très bon travail. Mais l'attitude de la Chine inquiète", a-t-il dit, expliquant qu'il suffirait d'une décision des autorités pour qu'Apple ait du mal à y vendre ses téléphones.

Le titre Apple, en baisse d'environ 1,5% à Wall Street avant la diffusion de l'interview, a accentué son recul pour céder finalement 3% à la clôture, à 95,83 dollars, après déjà une chute de 6,3% la veille en réaction aux résultats trimestriels publiés mardi soir.

Le groupe californien a subi au premier trimestre une baisse de son chiffre d'affaires pour la première fois depuis 13 ans, avec un recul de ses ventes d'iPhone, une première pour son produit vedette lancé en 2007. Les ventes en Chine, son principal marché après les Etats-Unis, ont baissé de plus d'un quart. (Sam Forgione, Véronique Tison pour le service français)