LEAD 4-Réunion de l'Eurogroupe sur la Grèce le 9 mai

jeudi 28 avril 2016 23h02
 

(actualisé avec déclaration de Dijsselbloem aux Echos)

ATHENES, 28 avril (Reuters) - Le président de l'Eurogroupe Jeroen Dijsselbloem a informé la Grèce que les ministres des Finances de la zone euro se réuniraient le 9 mai pour tenter de relancer les négociations entre Athènes et ses créanciers étrangers, a déclaré jeudi son porte-parole.

Le président du Conseil européen, Donald Tusk, avait invité mercredi l'Eurogroupe à fixer rapidement une date pour sa prochaine réunion sur la Grèce afin de ne pas entretenir l'incertitude sur la capacité du pays à tenir ses engagements financiers.

Une réunion prévue ce jeudi a été annulée, l'Eurogroupe expliquant avoir besoin d'un délai supplémentaire pour débattre des deux plans de réformes censés débloquer de nouveaux prêts.

"Il y aura un Eurogroupe supplémentaire le 9 mai à 15h00 (13h00 GMT) à Bruxelles", a dit le porte-parole de Jeroen Dijsselbloem.

Les créanciers internationaux de la Grèce (Union européenne, Banque centrale européenne, Fonds monétaire international) avaient demandé vendredi dernier à Athènes de préparer une série de mesures d'économie supplémentaires dites "de secours" qui seraient adoptées par le Parlement mais mises en oeuvre uniquement en cas de besoin, pour s'assurer qu'Athènes tiendra bien ses objectifs bugétaires pour 2018.

Athènes a fait valoir que son droit lui interdisait de légiférer sur un événement hypothétique et offrait en échange de débattre d'un mécanisme de coupes budgétaires automatiques en cas de déficit.

La Grèce a besoin des nouveaux prêts pour rembourser environ cinq milliards d'euros de dette arrivant à échéance d'ici la mi-juillet.

"Une fois que l'on aura trouvé un moyen de mettre en place ce paquet de mesures "de secours", on pourra commencer les discussions sur la dette", a déclaré Jeroen Dijsselbloem dans un entretien accordé au journal Les Echos daté de vendredi.

"Beaucoup de gens disaient que discuter de la dette était impossible, trop sensible politiquement, mais on va le faire ! Tous les ministres de l'Eurogroupe ont dit leur accord pour négocier sur ce sujet. (Karolina Tagaris, Véronique Tison pour le service français)