France-Les maires demandent la fin des baisses de dotations

jeudi 28 avril 2016 12h06
 

PARIS, 28 avril (Reuters) - Les associations françaises de maires ont appelé jeudi le gouvernement à renoncer à la tranche de baisse de dotations aux collectivités locales prévue en 2017 qui, selon elles, mettraient les finances des communes davantage en péril.

A un mois du 99e congrès des maires où est attendu François Hollande, les élus sont "accablés" par les réductions successives depuis 2014, selon François Baroin, président de l'Association des maires de France (AMF).

"L'effort qui est demandé n'est pas contesté sur le principe (...) Mais nous alertons solennellement le gouvernement et l'Etat sur l'effondrement de l'investissement public et sur l'impact qu'il va y avoir pour la croissance", a-t-il dit lors d'une conférence de presse.

"Et nous sommes encore plus inquiets pour 2017 et pour la deuxième partie du mandat municipal car, en réalité, l'autofinancement va se rapprocher de zones extrêmement dangereuses", a-t-il poursuivi.

"Il ne pourra plus servir de levier pour soutenir l'investissement public", a ajouté l'ancien ministre du Budget.

Les représentants des autres associations de maires - Villes de France, l'Association des petites villes de France ou France urbaine - ont tous tenu un discours similaire sur l'étranglement des finances communales.

Depuis 2014, les collectivités locales sont mises à contribution pour réduire les dépenses publiques et ont vu leur dotations fondre de près de 3,7 milliards d'euros en 2015 et 2016, avant une baisse du même ordre prévue en 2017.

Fin mars, le secrétaire d'Etat au Budget, Christian Eckert, avait affirmé que les recettes des collectivités locales avaient progressé en 2015 et qu'il n'était "pour l'instant" pas question de revenir sur la baisse des dotations l'année prochaine.

"Le Premier ministre et le président de la République prendront leur décision en temps utile", avait-il alors précisé à la chaîne LCP.

Le prochain congrès des maires de France est prévu du 31 mai au 2 juin. (Simon Carraud, édité par Yves Clarisse)