Nucléaire-Les groupes allemands pourraient payer moins que redouté

mercredi 27 avril 2016 19h03
 

BERLIN/FRANCFORT, 27 avril (Reuters) - Les producteurs allemands d'électricité devront payer moins pour le stockage des déchets nucléaires que ne le craignaient les investisseurs si le gouvernement accepte la recommandation d'une commission qui a annoncé sa décision après des mois de débat.

Les actions E.ON et RWE ont bondi mercredi de respectivement 3,21% et 6,29% sur la nouvelle. Les traders notent que la proposition pourrait lever la plus grosse inquiétude qui pesait sur les valeurs du secteur en Allemagne.

Les compagnies d'électricité, qui peinent face à la baisse des prix de l'énergie et au transfert vers les énergies renouvelables, disent toutefois que les montants proposés restent trop élevées.

La commission formée par le gouvernement a décidé de leur demander de contribuer à hauteur de 23,3 milliards d'euros au fonds public mis en place pour couvrir les coûts de stockage des déchets nucléaires dans le pays - un niveau proche du bas de la fourchette sur laquelle ont porté les discussions.

Ces coûts résultent de la décision de l'Allemagne de sortir du nucléaire d'ici 2022 à la suite de la catastrophe de Fukushima, il y a cinq ans, au Japon.

Ce chiffre est proche du niveau de 24 milliards d'euros avancé mardi, de sources proches du dossier.

"La tâche de la commission était de ne pas sacrifier la vache à lait s'il s'agit de la traire pendant les décennies à venir", a déclaré Matthias Platzeck, co-président de la commission sur le nucléaire.

Les producteurs d'électricité soulignent néanmoins que les 17,2 milliards d'euros qu'ils ont déjà mis de côté devraient suffire. Des sources ont dit à Reuters qu'ils étaient prêts à payer une surcharge maximale de quatre milliards d'euros.

Or, la recommandation de la commission représente une surcharge de 6,1 milliards en plus des provisions déjà constituées. Les fonds devront être versés par étapes d'ici 2022.

Ces recommandations serviront de base pour des négociations entre le gouvernement et les entreprises du secteur.

En échange de cette contribution, les quatre grands producteurs d'électricité allemands -- E.ON, RWE, EnBW et Vattenfall - seraient libérés de leurs obligations à long terme en matière de stockage des déchets radioactifs. (Markus Wacket et Christoph Steitz, Juliette Rouillon pour le service français, édité par Véronique Tison)