LEAD 1-L'Eurogroupe reporte sa réunion sur la Grèce

mercredi 27 avril 2016 00h28
 

(Actualisé avec précisions et source)

BRUXELLES, 26 avril (Reuters) - Les ministres des Finances de la zone euro ne se réuniront pas jeudi car ils ont besoin d'un délai supplémentaire pour débatte des deux plans de réformes censés débloquer de nouveaux prêts à la Grèce, a annoncé mardi le porte-parole du président de l'Eurogroupe sur Twitter.

Cette réunion ministérielle extraordinaire avait été envisagée vendredi pour permettre d'avaliser un éventuel accord entre Athènes et ses partenaires sur des mesures supplémentaires susceptibles d'être mises en oeuvre, si nécessaire, pour assurer le respect des objectifs budgétaires fixés pour 2018.

"Pas d'Eurogroupe supplémentaire sur la Grèce ce jeudi, un délai supplémentaire nécessaire", a dit Michel Reijns, le porte-parole de Jeroen Dijsselbloem. "Réunion sur la première revue, le plan optionnel et la dette à une date ultérieure."

Ses propos ont été rendus publics peu après la fin d'une nouvelle réunion entre des représentants du gouvernement grec et des créanciers, qui n'ont pas permis d'aboutir à un compromis.

Un autre responsable a précisé qu'une réunion de l'Eurogroupe pourrait avoir lieu la semaine prochaine mais que sa tenue restait à confirmer.

Une source gouvernementale a déclaré par la suite que le Premier ministre grec, Alexis Tsipras, prévoyait de prendre contact mercredi avec le président du Conseil européen, Donald Tusk, afin de réclamer la tenue d'un sommet des dirigeants de l'Union.

"Il veut s'assurer que les modalités de l'accord d'aide de juillet seront respectées", a dit la source.

Athènes compte sur un accord pour permettre le versement de jusqu'à cinq milliards d'euros de nouveaux prêts qui lui permettraient d'honorer les 3,5 milliards à rembourser au Fonds monétaire international (FMI) et à la Banque centrale européenne (BCE) en juillet tout en assurant le fonctionnement de l'Etat.

Un accord sur les réformes entre la Grèce et ses créanciers permettrait en outre d'ouvrir des pourparlers sur un allègement du fardeau de la dette publique.

(Robin Emmott et Jan Strupczewski; Marc Angrand pour le service français)