Grèce-Les banques vite éligibles au QE une fois la revue bouclée-sces

mardi 26 avril 2016 17h40
 

par Balazs Koranyi et George Georgiopoulos

BERLIN/ATHENES, 26 avril (Reuters) - Les banques grecques pourraient à nouveau profiter rapidement des financements bon marché de la Banque centrale européenne (BCE) après qu'Athènes aura passé un accord avec ses créanciers internationaux, ont déclaré à Reuters des sources au fait du dossier.

Cela pourrait se faire dans les jours ou les semaines suivant la conclusion de la "revue" des réformes engagées par la Grèce conformément au troisième plan d'aide international convenu l'été dernier, ont précisé deux sources.

Si tel était le cas, les emprunts d'Etat grecs redeviendraient éligibles au programme d'assouplissement quantitatif (QE) de la BCE, lequel prend la forme d'achats d'actifs, essentiellement des emprunts souverains, de 80 milliards d'euros par mois.

Mais il faudrait au préalable que la Grèce subissent un examen de soutenabilité de la dette avant que sa dette soit intégrable au QE de la BCE, ont ajouté les sources.

Les discussions entre les parties ont repris lundi à Athènes, les créanciers internationaux de la Grèce lui ayant demandé le vendredi précédent de préparer des mesures d'économies supplémentaires, qui seraient votées rapidement mais ne seraient mises en oeuvre qu'en cas de besoin pour respecter les objectifs budgétaires prévus.

La BCE exige habituellement des collatéraux notés en catégorie d'investissement pour son programme QE mais les pays faisant l'objet d'une assistance internationale peuvent être exemptés de cette condition préalable.

La Grèce bénéficiait déjà d'une telle exemption mais elle a été levée l'an passé, lorsque la Grèce s'est presque retrouvée en dehors de la zone euro en refusant d'honorer ses engagements financiers, exacerbant d'autant la crise de sa dette.

"Cette exemption réduirait la dépendance des banques aux ELA (programme de fourniture de liquidité d'urgence), les rendrait éligibles à certains financements de la BCE , améliorerait leur bilan et aurait des répercussions sur la confiance", a dit l'une des sources.   Suite...