ENCADRE-France-Un prix plancher du CO2 en attendant le serpent européen

lundi 25 avril 2016 20h42
 

* La France plaide pour un "corridor de prix" dans l'UE

* En attendant, Paris promet un prix plancher unilatéral

* Ce système ne viserait d'abord que la production électrique

par Emmanuel Jarry

PARIS, 25 avril (Reuters) - En attendant de convaincre ses partenaires européens de réformer un marché du carbone communautaire inefficace, la France taxera unilatéralement à un prix plancher l'utilisation des énergies fossiles pour la production d'électricité à partir de 2017.

François Hollande, tout juste de retour de la signature à New York de l'accord de Paris sur la lutte contre le changement climatique, l'a annoncé à l'ouverture de la dernière conférence environnementale de son quinquennat, lundi.

Aujourd'hui, la combinaison d'un cours très faible de la tonne de CO2 sur le marché européen des quotas d'émission (entre cinq et six euros) et de prix très bas du charbon rend beaucoup plus rentable de faire tourner des centrales au charbon qu'au gaz alors qu'elles sont deux fois plus polluantes.

La France plaide pour que l'Union européenne mette en place un "corridor de prix", avec un plancher et un plafond entre lesquels oscillerait le cours du carbone sur le marché européen, un peu sur le modèle du "serpent monétaire" d'avant l'euro.

Ce système permettrait de réduire la volatilité des prix du CO2 tout en améliorant sa prévisibilité, pour inciter davantage les investissements bas carbone.   Suite...