Critiquée, HSBC modifie la rémunération de ses dirigeants

vendredi 22 avril 2016 15h03
 

LONDRES, 22 avril (Reuters) - HSBC a annoncé vendredi à l'occasion de son assemblée générale une modification de sa politique de rémunération des dirigeants, cédant aux critiques d'actionnaires inquiets de la baisse du cours du groupe et soucieux de son dividende.

La réforme de la rémunération des leaders du groupe bancaire, qui pourrait réduire de 7% le montant maximal perçu par ses administrateurs exécutifs, survient à la suite de frondes des actionnaires chez BP et Anglo American sur le même sujet.

La participation en numéraire au financement de la retraite des dirigeants va ainsi passer de 50 à 30% de leur salaire de base, a déclaré vendredi la première banque européenne lors de l'assemblée annuelle, tenue à Londres.

L'octroi de mesures d'incitation de long terme sera désormais soumise à des critères de performances définis pour une période de trois ans, comme c'est déjà le cas dans d'autres groupes de l'indice Footsie.

Lors de l'assemblée générale, 96% des actionnaires votant ont approuvé les mesures proposées.

Par ailleurs, à l'approche du référendum sur le maintien du Royaume-Uni dans l'Union européenne, les dirigeants de HSBC ont déclaré que si le "non" l'emportait le 23 juin, la banque serait forcée de restructurer ses activités commerciales dans le pays.

"Nos propres études économiques sont limpides quant aux avantages liés à une Grande-Bretagne qui soit au coeur d'une Union européenne réformée", a dit le président du groupe, Douglas Flint. "Nous croyons que le Royaume-Uni entrerait dans une période de grande incertitude économique dans le cas d'un vote pour une sortie", a-t-il ajouté.

Il a également minimisé les liens de HSBC avec le scandale des "Panama papers", qui a mis à jour le rôle joué par plusieurs banques internationales pour aider leurs clients à dissimuler leurs capitaux dans des sociétés offshore.

Moins de 5% des 2.000 structures offshore que la banque a contribué à créer existent encore aujourd'hui, a déclaré Douglas Flint.

A Londres, le titre HSBC Holdings perdait 1,4% vers 13h00 GMT. (Lawrence White et Sinead Cruise; Julie Carriat pour le service français, édité par Marc Angrand)