April 21, 2016 / 6:41 AM / a year ago

LEAD 2-Schneider-La Bourse applaudit les signes d'embellie en Chine

5 MINUTES DE LECTURE

* CA -3,7% au T1, +0,1% en données organiques

* Objectifs 2016 de recul du CA et de hausse de la marge confirmés

* Bonne tenue de la construction en Allemagne et aux USA

* Signes d'amélioration en France et en Chine

* Le titre gagne 4%, plus forte hausse du CAC 40 (Actualisé avec téléconférence, commentaire, réaction en Bourse)

par Gilles Guillaume

PARIS, 21 avril (Reuters) - Schneider Electric a fait état jeudi d'une baisse de 3,7% de son chiffre d'affaires au premier trimestre, imputable notamment à un effet de changes qui s'annonce toujours très négatif sur l'ensemble de 2016, mais dit entrevoir de premiers signes d'amélioration dans la construction en Chine.

Le spécialiste des équipements électriques basse et moyenne tension a réalisé sur les trois premiers mois de l'année un chiffre d'affaires de 5,77 milliards d'euros. En données organiques, il ressort en croissance de 0,1% sur la période.

"La croissance organique positive au T1 et les signes de reprise en Chine (...) devraient conduire à des relèvements à un chiffre du consensus et à une réaction positive en Bourse", commente Société générale dans une note.

A 11h, l'action gagne 3,95% à 58,70 euros, plus forte hausse de l'indice CAC 40 (-0,02%), après avoir ouvert en hausse de plus de 5%.

En Chine, où le chiffre d'affaires organique du groupe a baissé de 5% au premier trimestre après des reculs à deux chiffres l'an dernier, Schneider prévoit une poursuite de l'amélioration au fil de l'année dans le sillage de la construction, mais pas suffisante toutefois pour renouer avec une hausse en 2016.

En Europe de l'Ouest, le groupe a enregistré une croissance organique de 1% tirée par l'Italie et l'Allemagne, tandis que la France est restée atone malgré des signes d'embellie dans la construction résidentielle.

L'Amérique du Nord a également joui d'une croissance de 1%, l'amélioration du BTP aux Etats-unis éclipsant la faiblesse persistante des marchés industriels imputable à la baisse des investissements pétroliers et gaziers.

Les Marges Priment Sur Les Volumes

La hausse de l'euro par rapport à plusieurs devises émergentes a eu un impact négatif de 2,4% sur le chiffre d'affaires du premier trimestre. Schneider a confirmé son estimation d'un effet négatif d'environ un milliard d'euros sur l'ensemble de l'exercice, après un impact positif de 295 millions en 2015.

Le groupe a également maintenu ses autres objectifs annuels, soit une baisse modérée à un chiffre de son chiffre d'affaires organique, reflet d'une plus grande sélectivité dans le choix des projets, et une amélioration de la marge d'Ebita ajustée comprise entre 20 et 60 points de base, avant effet de changes, grâce à la poursuite des réductions de coûts.

"La performance au premier trimestre, le trimestre le moins important en termes de taille sur l'année, reflète ce que sont nos priorités", a expliqué à Reuters le directeur financier Emmanuel Babeau.

"On est sur un mode exécution, on veut pousser les produits, les services, les softwares (...) et travailler à l'amélioration de nos marges sur la partie projets."

Emmanuel Babeau a souligné que pour atteindre les 600 millions d'euros de gains de productivité prévus sur 2015-2017, les coûts de restructuration devraient atteindre cette année 300 millions d'euros, comme en 2015.

Au cours d'une téléconférence avec les analystes, il a ajouté qu'une plus grande sélectivité dans le choix des projets devrait amputer le chiffre d'affaires de quelques centaines de millions d'euros en 2016, après un impact négatif de 20 à 30 millions au premier trimestre. L'impact sur le taux de croissance devrait être d'un à deux points cette année.

"Nous nous attendons à ce que la direction de Schneider reste disciplinée en termes de stratégie M&A en 2016, la priorité restant d'améliorer les rendements dans le périmètre actuel de l'activité", ajoute SocGen dans sa note.

Schneider, qui a renoncé fin 2015 à un rapprochement avec l'éditeur britannique de logiciels industriels Aveva au motif que le projet était devenu trop risqué, continuera en revanche de passer en revue son portefeuille en vue d'éventuelles cessions d'actifs.

Le groupe a clôturé l'an dernier un cycle de croissance externe particulièrement actif, qui l'aura vu tripler de taille en dix ans. Il a vendu fin 2015 la société d'éclairage Juno Lighting et son activité transports.

Le communiqué:

bit.ly/1TktrYJ (Edité par Dominique Rodriguez)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below