Heineken commence bien l'année, prudent sur le Nigeria

mercredi 20 avril 2016 09h17
 

BRUXELLES, 20 avril (Reuters) - Heineken, le troisième brasseur mondial, a écoulé bien plus de bière que prévu au premier trimestre grâce à la croissance de ses ventes au Vietnam, au Nouvel an chinois et à un week-end pascal précoce qui a accéléré sa performance en Europe et aux Amériques.

Le propriétaire des marques Heineken, Tiger et Sol a réaffirmé ses prévisions annuelles tout en s'inquiétant des effets de change qui continuent de peser sur les comptes et de difficultés au Nigeria en raison de la chute des cours du pétrole qui pousse le consommateur à préférer des marques moins chères et des incertitudes liées au risque de dévaluation du naira.

Le brasseur a également annoncé mercredi un bénéfice net trimestriel en net recul à 265 millions d'euros contre 579 millions un an plus tôt.

Heineken doit en outre se préparer aux effets de la fusion en cours entre Annheuser-Busch InBev et SABMiller qui doit donner naissance au leader mondial de la brasserie.

Le brasseur néerlandais a fait état de volumes consolidés en hausse de 7% à 43,5 millions d'hectolitres, bien au-dessus de la prévision médiane de 41,3 millions d'hectolitres établie par une enquête Reuters.

Les ventes ont augmenté de 23% dans la région Asie-Pacifique et ont aussi progressé en Afrique, au Moyen-Orient et en Europe, alors qu'elles y étaient attendues en baisse.

Le brasseur, qui anticipe sur le bénéfice net un effet de change négatif de 35 millions d'euros, voit cependant le chiffre d'affaires et le bénéfice croître cette année, hors effets de change précisément, et anticipe une croissance de la marge conforme à son objectif de moyen terme de l'ordre d'une quarantaine de points de base annuel.

L'action a ouvert en hausse de 4% à un nouveau record de 86,95 euros avant de réduire le gain à 2,8%, à 85,51 euros.

(Philip Blenkinsop; Patrick Vignal pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)