RPT-Android dans le collimateur de la Commission européenne

lundi 18 avril 2016 12h14
 

(Répétition mastic §1)

par Foo Yun Chee

BRUXELLES, 18 avril (Reuters) - La commissaire européenne à la concurrence, qui a déjà accusé Google de tromper les consommateurs et ses concurrents en altérant les résultats de son moteur de recherches de manière à ce qu'ils favorisent ses propres services, a dit lundi qu'elle allait se pencher sur les accords du géant de l'internet dans le secteur des télécoms.

Margrethe Vestager a tenu ces propos à la suite d'une enquête d'un an portant sur Android, le système d'exploitation pour smartphones de Google, déclenchée par deux plaintes.

Une décision dans la première affaire pourrait intervenir cette année. Comme dans le cas d'Android, le système d'exploitation pour smartphones le plus répandu au monde, elle pourrait déboucher sur une amende allant jusqu'à 7,4 milliards de dollars (6,55 milliards d'euros), soit 10% du chiffre d'affaires réalisé en 2015 par Google, qui se verrait aussi contraint de modifier ses pratiques.

Vestager a ajouté que les grands groupes ne devaient pas chercher à se protéger en freinant l'innovation.

"C'est la raison pour laquelle nous examinons attentivement des contrats de Google avec les fabricants de téléphones et avec les opérateurs qui utilisent le système d'exploitation Android", a-t-elle dit lors d'une conférence organisée par les autorités néerlandaises de la concurrence.

"Notre préoccupation est qu'en demandant aux fabricants de téléphones et aux opérateurs de pré-télécharger un ensemble d'applications Google, plutôt que de les laisser décider eux-mêmes quelles applications télécharger, Google pourrait avoir coupé le canal par lequel de nouvelles applications sont rendues disponibles pour les consommateurs."

La Commission européenne a dit l'année dernière qu'elle enquêtait pour savoir si Google a empêché les fabricants de smartphones et de tablettes de développer et de commercialiser des versions concurrentes d'Android.

Les autorités européennes de la concurrence cherchent aussi à savoir si Google a agi de manière illégale en empêchant le développement et la mise à disposition d'applications et de services concurrents en combinant certaines de ses applications et services accessibles sur des appareils équipés d'Android avec d'autres produits Google. (Marc Joanny pour le service français, édité par Véronique Tison)