RPT-AVANT-PAPIER -La BCE plus attendue sur ses paroles que ses actes

lundi 18 avril 2016 06h00
 

(Répétition sans changement d'une dépêche diffusée dimanche)

par Jonathan Cable

LONDRES, 18 avril (Reuters) - Le président de la Banque centrale européenne (BCE), Mario Draghi, devra une nouvelle fois recourir à la magie du verbe jeudi à l'issue d'un conseil des gouverneurs de l'institution dont il n'est attendu aucune décision mais qui se déroule sur fonds de critique de sa politique, notamment en Allemagne, et de hausse de l'euro.

La BCE a annoncé le mois dernier un nouveau train de mesures combinant des taux d'intérêt s'enfonçant un peu plus en territoire négatif à des opérations de refinancement à long terme ciblées en passant par une expansion de son programme de rachat d'actifs, dans le but de contrer des menaces persistantes de déflation.

Ces initiatives n'ont pas empêché une appréciation de l'euro qui risque de peser sur une reprise économique fragile et d'alimenter la faiblesse de l'inflation en déprimant les prix à l'importation.

Elles ont aussi suscité de vives critiques en Allemagne, où le ministre des Finances, Wolfgang Schäuble, s'est publiquement inquiété des "problèmes exceptionnels" pour les banques et les retraités allemands liés à la politique de taux ultra-bas menée par la BCE.

"Draghi répondra aux récentes critiques allemandes sur la politique ultra-accommodante de la BCE lors de la réunion du 21 avril, en rappelant l'indépendance de la Banque et en soulignant que des soutiens supplémentaires sont toujours disponibles", a dit Jennifer McKeown de Capital Economics.

"Dans l'intervalle, le président Draghi continuera d'appeler les gouvernements à conduire des réformes à même de soutenir la croissance."

D'éventuels commentaires sur le taux de change de l'euro contre le dollar seront aussi particulièrement suivis par les investisseurs.   Suite...