La Grèce va demander un plafonnement du service de sa dette

mercredi 13 avril 2016 16h48
 

13 avril (Reuters) - La Grèce va demander cette semaine à ses créanciers internationaux de plafonner le service de sa dette et de calculer ses intérêts sur la base de taux fixes pour la rendre plus supportable.

A l'occasion des discussions prévues de vendredi à dimanche à Washington pendant les réunions de printemps du Fonds monétaire international (FMI) et de la Banque mondiale, Athènes proposera de plafonner le montant du service de sa dette à 15% de son produit intérieur brut (PIB), soit 8% pour le remboursement des intérêts et échéances obligataires et 7% pour les bons du Trésor.

Les autorités grecques souhaitent aussi en finir avec le taux variable appliqué pour l'instant aux prêts de l'Union européenne, afin de se prémunir contre l'impact d'une éventuelle remontée des taux de la Banque centrale européenne (BCE), ont expliqué plusieurs sources proches des discussions en cours à Athènes.

"De cette manière, le montant annuel du service de la dette sera bloqué pour les années à venir et cela donnera aux investisseurs une image plus claire de ce que la Grèce devra payer chaque année", a dit à Reuters une source qui a requis l'anonymat.

La dette publique grecque devrait atteindre cette année 337,6 milliards d'euros, soit 174,4% du PIB.

Les prévisions de remboursement actuelles n'incluent pas le plan d'aide qui a fait l'objet d'un accord entre la Grèce et ses créanciers l'été dernier, dont le montant pourrait atteindre 86 milliards d'euros.

A partir de 2021, la Grèce est censée commencer à rembourser les prêts obtenus dans le cadre du tout premier plan d'aide, celui de 2010.