La Chine se lance à l'assaut du fixing de l'or

mercredi 13 avril 2016 11h27
 

par A. Ananthalakshmi

SINGAPOUR, 13 avril (Reuters) - La Chine lancera le 19 avril son fixing de l'or en yuan, franchissant une étape décisive pour imposer une alternative dans le processus de fixation des prix de référence du métal jaune dont elle est à la fois l'un des premiers producteurs, importateurs et consommateurs mondiaux.

Pékin, qui ne cache son agacement à devoir dépendre d'un prix de l'or en dollar dans les transactions internationales, estime que son poids sur le marché du métal jaune l'autorise à en fixer le prix de référence.

Un fixing de l'or en yuan ne devrait pas remettre en question la domination de Londres et de New York dans la fixation des cours de référence dans l'immédiat. Mais il prépare un renforcement du poids de la Chine dans la perspective d'un yuan pleinement convertible.

Le fixing de l'or en yuan sera établi sur la base des transactions sur un contrat d'un kilo d'or négocié sur le Shanghai Gold Exchange (SGE), qui agira en tant que contrepartie centrale.

Dix-huit contributeurs, dont les principales banques chinoises, la première chaîne de bijouteries mondiale Chow Tai Fook et les banques Standard Chartered et ANZ , participeront au fixing qui se déroulera deux fois par jour, a précisé le SGE.

La maison de négoce suisse MKS a dit qu'elle y participerait également. Chow Tai Fook s'est refusé à tout commentaire.

Le fixing biquotidien de Londres, qui s'effectuait via une téléconférence entre les 12 banques participantes, résulte désormais d'enchères électroniques après la réforme de la procédure de calcul de prix de référence sur les marchés financiers déclenchée par le scandale de la manipulation des taux Libor en 2012.

L'implication des banques internationales sera déterminante pour imposer le prix en yuan comme une référence sur le marché de l'or mais la Chine a eu du mal à les convaincre de participer à son fixing en raison de la surveillance renforcée des régulateurs sur la fixation des prix de marché de référence.

Reuters avait rapporté en janvier que Pékin avait menacé certaines banques étrangères d'entraver leurs opérations sur le marché chinois si elles refusaient de participer au fixing de l'or en yuan. (Marc Joanny pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)