Le big data permet de relocaliser des emplois en France-PDG Atos

mardi 12 avril 2016 19h48
 

PARIS, 12 avril (Reuters) - Le recours au "big data", le traitement de gigantesques quantités de données, permettra de relocaliser des emplois industriels en France, a déclaré mardi à Reuters le PDG d'Atos.

Thierry Breton s'exprimait en marge de la présentation, en présence du ministre de l'Economie Emmanuel Macron, du supercalculateur Bull Sequana qui devrait être capable d'ici 2020 de calculer un milliard de milliards d'opérations par seconde.

En cours d'installation au CEA (Commissariat à l'énergie atomique et aux énergies alternatives), ce calculateur servira aux secteurs de la sécurité en temps réel, de la médecine, de l'agriculture ou encore de la météorologie.

"Ce sont (...) des métiers nouveaux et qui nécessitent de plus en plus de proximité vis-à-vis de nos clients", a expliqué Thierry Breton.

Les sociétés de services informatiques (SSII) comme Atos ne pourront donc plus recourir à des plates-formes offshore dans des pays comme l'Inde, les Philippines ou la Malaisie pour certaines tâches comme la maintenance, a-t-il ajouté.

"C'est (..) une relocalisation industrielle vers les sites de consommation et d'innovation qu'on n'avait pas du tout anticipée. Et là, on la voit arriver très fort", a ajouté Thierry Breton, annonçant le retour d'emplois à "forte valeur ajoutée" en France.

Les industriels, qui installent des capteurs pour observer le fonctionnement de leurs équipements, vont devoir faire le tri dans les données ainsi récoltées, celles qui sont pertinentes et celles qui ne le sont pas, "qui créent un bruit de fond", a observé Thierry Breton.

Atos, qui a acquis de l'expérience grâce à sa collaboration avec Renault sur la voiture connectée, espère grâce à ce supercalculateur effectuer en un temps de record ce qui aurait dû nécessiter des milliards d'heures de calculs. (Cyril Altmeyer, édité par Jean-Michel Bélot)