RPT--LVMH impute la stagnation de la mode-maroquinerie à Donna Karan

mardi 12 avril 2016 18h51
 

par Pascale Denis

PARIS, 12 avril (Reuters) - LVMH a expliqué la stagnation des ventes de sa division mode-maroquinerie par la suppression de certaines lignes chez Donna Karan et précisé que les ventes de Louis Vuitton avaient ralenti en raison surtout d'une forte baisse de ses ventes à Paris.

La suppression des lignes "DK Jeans" et "DKNY C" de la marque de mode américaine a impacté la division à hauteur d'environ 2% au premier trimestre et sans tenir compte de cet impact, elle aurait signé une croissance de 2%, a déclaré mardi le directeur financier du groupe lors d'une conférence téléphonique.

Cet impact, évalué à environ 200 millions de dollars en année pleine, a été "tout a fait significatif et se fera encore sentir pendant une bonne partie de l'année", a précisé Jean-Jacques Guiony.

Ces déclarations ont fait remonter le titre en Bourse.

LVMH avait jeté un froid sur le marché avec la contre-performance de sa division phare, qui loge Louis Vuitton, après une hausse de 3% au 4e trimestre 2015 et alors que les analystes attendaient une progression d'environ 3%.

Après avoir perdu jusqu'à 3,83% en matinée, le titre s'est redressé pour terminer en hausse de 1,7% à 148,50 euros, entraînant les autres valeurs du secteur dans son sillage.

Les ventes de Vuitton, principal contributeur aux résultats du groupe, ont décéléré au premier trimestre en raison surtout d'une baisse à deux chiffres à Paris, où les flux touristiques ont chuté depuis les attentats de novembre 2015.

Jean-Jacques Guiony a précisé qu'à ce jour, le groupe ne percevait pas d'amélioration de la fréquentation touristique en France.   Suite...