April 12, 2016 / 1:37 PM / a year ago

"Panama papers"-Le DG de Socgen sera auditionné en mai au Sénat

3 MINUTES DE LECTURE

PARIS, 12 avril (Reuters) - Le directeur général de Société générale sera auditionné début mai par la commission des Finances du Sénat, a annoncé mardi sa présidente.

"Ce sera une audition ouverte à la presse", a précisé à Public Sénat l'élue socialiste Michèle André à l'issue d'un entretien avec Frédéric Oudéa organisé après les révélations sur les liens entre la banque et le cabinet panaméen Mossack Fonseca, spécialisé dans la création de sociétés offshore.

"Je serai heureux d'apporter toutes les explications et informations relatives aux révélations récentes de la presse à l'ensemble des membres de la commission des Finances du Sénat", a déclaré pour sa part Frédéric Oudéa.

Des sénateurs de gauche et écologistes réclament des poursuites judiciaires pour "faux témoignage" contre Frédéric Oudéa, l'accusant d'avoir menti en 2012 devant une commission d'enquête sur la présence de la banque dans des paradis fiscaux.

Frédéric Oudéa a réfuté ces accusations et assuré qu'il avait "répondu avec la plus totale sincérité à toutes les questions de la commission d'enquête du sénat d'avril 2012".

Société générale a déjà annoncé des poursuites judiciaires en diffamation à l'encontre de Jean-Luc Mélenchon, co-fondateur et dirigeant du Parti de gauche, et de l'ancien trader de la banque Jérôme Kerviel.

Lors d'un entretien accordé au Figaro le 6 avril, Frédéric Oudéa a reconnu l'existence de "quelques dizaines de sociétés offshore actives structurées" pour des clients de la banque avec le cabinet Mossack Fonseca mais assuré la "transparence fiscale" de ces montages.

L'existence de ces sociétés offshore ne remet pas en cause la promesse de la banque de n'avoir plus aucune implantation dans les paradis fiscaux, estime Société générale.

"Il ne faut pas confondre une implantation détenue et opérée par une banque et les sociétés ou structures qui sont détenues par nos clients", avait ainsi fait valoir Frédéric Oudéa.

La Société générale est sous les feux des critiques depuis l'éclatement dimanche 3 avril du scandale des "Panama papers".

Son siège a été perquisitionné mardi dernier à Paris et ses dirigeants convoqués le même jour au ministère des Finances.

L'Autorité de contrôle prudentiel et de résolution a aussi demandé à l'ensemble des banques de lui faire parvenir des renseignements complémentaires sur leurs activités dans les paradis fiscaux.

La direction de Société générale a obtenu vendredi le soutien de son conseil d'administration. (Julien Ponthus, édité par Jean-Michel Bélot)

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below