LEAD 2-Les "métallos" allemands manifestent, rejettent une offre

lundi 11 avril 2016 17h46
 

(Actualisé avec Gabriel)

DUISBOURG, Allemagne, 11 avril (Reuters) - Des milliers d'ouvriers métallurgistes allemands sont descendus lundi dans les rues de Duisbourg et d'autres villes allemandes pour réclamer des mesures contre la concurrence déloyale de l'acier chinois et des garanties sur leur emploi, dans un contexte d'incertitude sur l'avenir des activités sidérurgiques du groupe Thyssenkrupp.

Selon le syndicat IG Metall, qui représente la profession, quelque 45.000 sidérurgistes ont manifesté dans tout le pays, qui est le premier producteur d'acier en Europe.

Parallèlement, le syndicat a rejeté une offre de hausse salariale de 1,2% proposée par le patronat de Rhénanie du Nord-Westphalie, répartie en une hausse immédiate de 0,3% et une augmentation de 0,9% étalée sur douze mois. IG Metall a jugé qu'il s'agissait d'une "provocation", alors que la croissance allemande a atteint 1,7% en 2015.

Le syndicat, qui demande une hausse de 5% pour les 3,8 millions d'ouvriers des secteurs de la métallurgie et de l'électricité, menace d'entamer des grèves d'avertissement à la fin du mois si les employeurs n'améliorent pas leur proposition.

IG Metall veut également obtenir des assurances sur l'emploi en cas de fusion des activités sidérurgiques de Thyssenkrupp avec celles de l'indien Tata Steel ou d'un autre groupe, une hypothèse qui a pris corps ces dernières semaines.

"Il me reste encore 39 ans à travailler. Je ne veux pas me retrouver dans la rue", a déclaré Ingo, un employé de Thyssenkrupp âgé de 28 ans, lors de la manifestation de Duisbourg dans la Ruhr, qui a rassemblé 17.000 personnes.

S'adressant à eux, Sigmar Gabriel, ministre de l'Economie, a promis de plaider leur cause à Bruxelles, où les projets européens en matière de protection de l'environnement pourraient faire grimper les coûts de production et favoriser l'acier chinois, tout comme l'évolution des accords commerciaux.

"Nous n'avons rien contre le fait que la Chine se mette à l'économie de marché, à condition qu'elle se comporte comme une économie de marché", a-t-il déclaré, évoquant le statut que l'Organisation mondiale du commerce devrait accorder à Pékin en décembre.   Suite...